A propos de ce blog

C'est durant ma petite enfance que j'ai découvert l’œuvre de Georges Brassens, grâce à mon père qui l’écoute souvent durant les longs trajets en voiture. Sur la route des vacances estivales, j'ai entendu pour la première fois Le Petit Cheval alors que je n'avais que 4 ans. C'était en août 1981. Au fil des années, j'ai découvert bien d'autres chansons. Dès l'adolescence, Georges Brassens était ancré dans mes racines musicales, au même titre que Jacques Brel, Léo Ferré, Barbara et les autres grands auteurs-compositeurs de la même génération. M’intéressant plus particulièrement à l’univers du poète sétois, je me suis alors mis à réunir ses albums originaux ainsi que divers ouvrages et autres documents, avant de démarrer une collection de disques vinyles à la fin des années 1990. Brassens en fait bien entendu partie. Cet engouement s’est accru au fil du temps et d’évènements tels que le Festival de Saint-Cyr-sur-Morin (31/03/2007) avec l’association Auprès de son Arbre. A l’occasion de la commémoration de l’année Brassens (2011), j’ai souhaité créer ce blog, afin de vous faire partager ma passion. Bonne visite... par les routes de printemps !

J'ai rendez-vous avec vous

"Chaque fois que je chante une chanson, je me fais la belle." Georges Brassens

samedi 8 mars 2014

Entretien avec Georges Meyerstein-Maigret - 29 décembre 1965

"Écoutez vite ce disque, il contient un bref entretien, entre Georges Brassens et Georges Meyestein-Maigret, qui vous révèlera une nouvelle capitale pour la prospérité de vos affaires en 1966". 

Telle est la mention qui orne l'unique label imprimé de ce 33T Monoface à l'époque réservé aux milieux professionnels, aujourd'hui très recherché des collectionneurs du poète sétois. Cet entretien, qu'il a eu avec le producteur et président directeur-général des Disques Philips, nous replonge à une époque où le format 33T/25 cm va laisser définitivement sa place au 33T/30 cm (Longue durée). Et c'est le second qui est au centre de la discussion entre les deux hommes. En présence de l'ingénieur du son André Tavernier et son assistant Jean Bonzon, ils évoquent la démocratisation du nouveau support. A cette occasion, Brassens, dont la caution avait pour but d'aider la direction à faire passer le message auprès des disquaires et du public, ne se prive pas d'ironiser sur certains propos de Georges Meyestein-Maigret. Certaines séquences ont d'ailleurs été coupées au montage. [Vassal J., 2011. - Brassens, homme libre - pp. 434-435]
 

Le disque est contenu dans une pochette blanche, fermante grâce à un rabat, évidée en son centre pour laisser apparaître le label. Le tout étant protégé par une jaquette cartonnée blanche ouvrante.


A noter la mention 'PHILIPS', apparaissant en relief dans le coin inférieur gauche de la pochette:


Le numéro de matrice gravé dans le vinyle est: PHI AA 29 12 65 380 D1.

L'intégralité du document enregistré a été retranscrit dans le N°150 de la revue Les Amis de Georges avec, à la suite, des informations complémentaires sur la vente des disques au format 33T 30 cm (dont le premier de Georges Brassens, mis en illustration).
 
© Les Amis de Georges N°150

1 commentaire:

  1. j'en ai un exemplaire, avec annotations au dos de la pochette...mais si peu commun;.)

    RépondreSupprimer