A propos de ce blog

C'est durant ma petite enfance que j'ai découvert l’œuvre de Georges Brassens, grâce à mon père qui l’écoute souvent durant les longs trajets en voiture. Sur la route des vacances estivales, j'ai entendu pour la première fois Le Petit Cheval alors que je n'avais que 4 ans. C'était en août 1981. Au fil des années, j'ai découvert bien d'autres chansons. Dès l'adolescence, Georges Brassens était ancré dans mes racines musicales, au même titre que Jacques Brel, Léo Ferré, Barbara et les autres grands auteurs-compositeurs de la même génération. M’intéressant plus particulièrement à l’univers du poète sétois, je me suis alors mis à réunir ses albums originaux ainsi que divers ouvrages et autres documents, avant de démarrer une collection de disques vinyles à la fin des années 1990. Brassens en fait bien entendu partie. Cet engouement s’est accru au fil du temps et d’évènements tels que le Festival de Saint-Cyr-sur-Morin (31/03/2007) avec l’association Auprès de son Arbre. A l’occasion de la commémoration de l’année Brassens (2011), j’ai souhaité créer ce blog, afin de vous faire partager ma passion. Bonne visite... par les routes de printemps !

J'ai rendez-vous avec vous

"Chaque fois que je chante une chanson, je me fais la belle." Georges Brassens

jeudi 31 mars 2016

Georges Brassens - Premières chansons (1942 -1949)

C'est aujourd'hui que paraît Georges Brassens - Premières chansons (1942-1949), aux Éditions Le Cherche-Midi. Il s'agit d'un recueil - élaboré par Jean-Paul Liégeois - des soixante-huit premières chansons de Georges Brassens, présentées dans l’ordre chronologique où ce dernier les à déposées à la Sacem. En prologue, Un ours tendre, article de quatre pages de Gabriel García Márquez, écrit quelques jours après la disparition de l'auteur des Copains d'abord et paru le 11 novembre 1981 dans le grand quotidien espagnol El País. Claude Richard signe ensuite une introduction intitulée Brassens avant Brassens, qui présente le contenu du livre dont voici la présentation de l’éditeur en quatrième de couverture :

Quand il a démarré sa carrière scénique à Montmartre, dans le cabaret de Patachou le 26 janvier 1952, Georges Brassens écrivait des chansons depuis longtemps. Depuis 1938, l’année de ses 17 ans."On n’est pas sérieux quand on a dix-sept ans", proclamait Arthur Rimbaud. Mais Brassens, lui, sans le dire, a rapidement pris la chanson au sérieux : dès 1942, pour protéger ses textes, il a concouru pour entrer à la Sacem (Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique) et y a été reçu comme parolier.
Entre 1942 et 1949, après les avoir "mises au propre" dans des cahiers à carreaux, il a déposé à la Sacem soixante-huit chansons. 
Ce sont ces soixante-huit textes qui sont réunis dans Premières chansons et publiés dans l’ordre où Brassens les a recopiés de sa main.
Si quatre d’entre eux sont passés à la postérité (Maman, Papa; Le bricoleur; Les amoureux qui s’bécott’ sur les bancs publics et J’ai rendez-vous avec vous), Georges Brassens n’a jamais enregistré en studio ni chanté en public les soixante-quatre autres : Personne ne saura jamais, Le bon Dieu est swing, Souviens-toi du beau rêve, Je pleure; etc.
Soixante-quatre chansons de Brassens restées inédites ! Donc à découvrir. Elles contiennent en germe les chefs-d’œuvre qui suivront.

http://www.cherche-midi.com/livres/premieres-chansons

Notons également le CD de six des premières chansons de Georges Brassens (A l'auberge du bon Dieu, Un camp sous la lune, Le ciel en avait assez, Je garde toujours, Reine de bal et Loin des yeux, loin du cœur) interprétées par Yves Uzureau qui en a réalisé les arrangements. Yves est accompagné par Anne Gouraud à la contrebasse. Ainsi, de(s) mélodies inédites (…) des archives abandonnées sont devenues des chansons vivantes. (Yves Uzureau)

Georges Brassens
Prologue de Gabriel García Márquez
Introduction de Claude Richard
Édition établie par Jean-Paul Liégeois
Collection Brassens d'abord - 192 pp.

- Lire aussi l'article de Michel Kemper sur le site nosenchanteurs.eu: Sur les premières chansons de Brassens -

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire