A propos de ce blog

C'est durant ma petite enfance que j'ai découvert l’œuvre de Georges Brassens, grâce à mon père qui l’écoute souvent durant les longs trajets en voiture. Sur la route des vacances estivales, j'ai entendu pour la première fois Le Petit Cheval alors que je n'avais que 4 ans. C'était en août 1981. Au fil des années, j'ai découvert bien d'autres chansons. Dès l'adolescence, Georges Brassens était ancré dans mes racines musicales, au même titre que Jacques Brel, Léo Ferré, Barbara et les autres grands auteurs-compositeurs de la même génération. M’intéressant plus particulièrement à l’univers du poète sétois, je me suis alors mis à réunir ses albums originaux ainsi que divers ouvrages et autres documents, avant de démarrer une collection de disques vinyles à la fin des années 1990. Brassens en fait bien entendu partie. Cet engouement s’est accru au fil du temps et d’évènements tels que le Festival de Saint-Cyr-sur-Morin (31/03/2007) avec l’association Auprès de son Arbre. A l’occasion de la commémoration de l’année Brassens (2011), j’ai souhaité créer ce blog, afin de vous faire partager ma passion. Bonne visite... par les routes de printemps !

J'ai rendez-vous avec vous

"Chaque fois que je chante une chanson, je me fais la belle." Georges Brassens

samedi 30 mars 2019

Chansons sans paroles de... Georges Brassens (Philips ‎P 77.221 L)

En janvier et février 1964 se déroulèrent les sessions d'enregistrement du 33T Oswald D'Andréa et son Orchestre ‎- Chansons sans paroles de... Georges Brassens, né à la suite d'une suggestion puis d'une demande du poète sétois à Oswald d'Andréa lors d'un repas chez Boby Lapointe, à Pézenas (34) en automne 1963. Probablement durant la période où une tournée de Georges visita différentes villes de la moitié sud du pays. A noter trois dates dans l'Hérault: Montpellier (22/11), Sète (23/11) et Béziers (28/11). Alors jeune arrangeur chez Philips, Oswald d'Andréa écrivit par la suite des arrangements pour plusieurs familles d'orchestres, en fonction d'une sélection de chansons de Brassens avec le concours de ce dernier. Dans une interview mise en ligne par Philippe Borie sur le site de l'association L’Amandier, le compositeur de la bande originale du film de Bertrand Tavernier La Vie et rien d'autre (1989) explique que le sétois moustachu obtint rapidement de Georges Meyerstein-Maigret, PDG de chez Philips, le feu vert ainsi qu'une totale liberté pour le projet. Chansons sans paroles de... Georges Brassens vit le jour courant 1964 sous la référence Philips ‎P 77.221 L. Fait qui a son importance, ce disque est l’un des premiers à utiliser la stéréo et donc, à connaître un pressage idoine (Philips 840 549 PY) quelque temps après la parution de l'original mono présenté ci-après.


Les photos illustrant la pochette sont signées de Jacques Aubert. Au verso, un montage de Claude Dejacques nous immerge en studio, durant les enregistrements. Le cliché en haut à gauche montre Georges Brassens et Oswald d'Andréa en pleine séance d'écoute après une d'un des morceaux nouvellement orchestrés.
 

Face 1
  1. Jeanne (l'article défini 'La' a été ajouté sur la pochette recto/verso comme sur le label)
  2. Les amoureux des bancs publics
  3. La prière
  4. Le temps passé
  5. Auprès de mon arbre
  6. Pénélope 
Face 2
  1. Le vieux Léon
  2. La marche nuptiale
  3. Je me suis fait tout petit
  4. Le testament
  5. Chanson pour l'auvergnat
  6. Au bois de mon cœur
Les enregistrements furent réalisés au Studio Blanqui (Paris 13e) en présence de Georges Brassens, les titres étant regroupés en fonction de l'orchestration, et donc des musiciens à convoquer. Voici l'ordre des sessions, selon les archives d'Oswald:

- 17/01/1964: Jeanne, La marche nuptiale, Pénélope, La prière;
- 04/02/1964: J'ai rendez-vous avec vous, Le temps passé, Le testament;
- 07/02/1964: Chanson pour l'Auvergnat, Les amoureux des bancs publics, Le vieux Léon;
- 12/02/1964: Au bois de mon cœur, Auprès de mon arbre, Je me suis fait tout petit.



A noter que J'ai rendez-vous avec vous ne fut pas gravé sur le 33T, faute de place. C'est le 14/10/2014 que fut joué pour la première fois ce morceau revisité par Oswald d'Andréa, pour les 80 ans de ce dernier. Et c'est Christophe Bouriez qui dirigea l'orchestre constitué à cette occasion, ainsi que l'Ensemble Vocal Universitaire de Besançon (25). Pour en savoir plus et écouter cette création, rendez-vous sur le site de l'association L’Amandier où Philippe Borie propose également la lecture d'un article de Joseph Moalic, publié dans le N°3 de la revue Les Amis de Georges (mars-avril 1996) et consacré à Chansons sans paroles de... Georges Brassens.


- Un grand merci à Philippe Borie de l'association L'Amandier pour sa contribution à l'élaboration de cet article qui officialise notre étroite collaboration dans l'optique de faire vivre et toujours mieux connaître l’œuvre de Georges Brassens ! -

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire