A propos de ce blog

C'est durant ma petite enfance que j'ai découvert l’œuvre de Georges Brassens, grâce à mon père qui l’écoute souvent durant les longs trajets en voiture. Sur la route des vacances estivales, j'ai entendu pour la première fois Le Petit Cheval alors que je n'avais que 4 ans. C'était en août 1981. Au fil des années, j'ai découvert bien d'autres chansons. Dès l'adolescence, Georges Brassens était ancré dans mes racines musicales, au même titre que Jacques Brel, Léo Ferré, Barbara et les autres grands auteurs-compositeurs de la même génération. M’intéressant plus particulièrement à l’univers du poète sétois, je me suis alors mis à réunir ses albums originaux ainsi que divers ouvrages et autres documents, avant de démarrer une collection de disques vinyles à la fin des années 1990. Brassens en fait bien entendu partie. Cet engouement s’est accru au fil du temps et d’évènements tels que le Festival de Saint-Cyr-sur-Morin (31/03/2007) avec l’association Auprès de son Arbre. A l’occasion de la commémoration de l’année Brassens (2011), j’ai souhaité créer ce blog, afin de vous faire partager ma passion. Bonne visite... par les routes de printemps !

J'ai rendez-vous avec vous

"Chaque fois que je chante une chanson, je me fais la belle." Georges Brassens

vendredi 18 avril 2014

Supplique pour être enterré à la plage de Sète - Philips N° IX (P 77.854 L)

Supplique pour être enterré à la plage de Sète est le 11e album de Georges Brassens, sorti en novembre 1966 sous la référence Philips P 77.854 L. Le graphisme de la pochette reprend celui qui caractérise la série dite 'Faux bois' à ceci près qu'elle est de couleur blanche et ne porte pas de notes écrites par René Fallet, comme c'est le cas de presque tous les autres 33T 30 cm originaux de Brassens. La photo du recto a été prise par Jacques Aubert. Au verso se trouvent les rappels des huit premiers 33T 30 cm de Brassens.

Face 1
1. Supplique pour être enterré à la plage de Sète
2. Le Fantôme
3. La Fessée
4. Le Pluriel
5. Les Quatre bacheliers

Face 2
1. Le Bulletin de santé
2. La Non-demande en mariage
3. Le Grand Chêne
4. Concurrence déloyale
5. L'Épave
6. Le Moyenâgeux



Les labels sont blancs, l'ensemble des informations y étant imprimées en noir:


L'estampille 'Chansons créées au TNP fait ici référence au fait que ces onze titres ont été testés et rodés devant le public du Théâtre National Populaire du 16 septembre au 22 octobre 1966. En revanche, l'album n'a exceptionnellement fait l'objet d'aucun enregistrement en studio. Une bande de travail a été cée courant juillet 1966 chez Georges, à Crespières, avec Pierre Nicolas. Pour l'occasion, Jean Bonzon et son assistant Roland Guillotel avaient transporté un matériel léger, dont un enregistreur Ampex trois pistes qu'ils avaient installé dans une petite pièce, à une quinzaine de mètres du grand salon où un mur anti-bruit avait été dressé, après fermeture des volets. Les sessions ont duré quelques jours, entrecoupées de repas au Relais des routiers, une petite auberge du coin où l'on des rillettes et des pommes de terre sautées dont le sétois moustachu raffole. [Caillaud M. - En 1966, Georges Brassens déclare sa flamme à la plage de Sète - midilibre.fr, le 9 août 2015]

Mais revenons aux enregistrements. Si l'on se réfère aux numéros des bandes, on peut supposer que, chronologiquement, La non-demande en mariage a été la première à être captée. Suit L'Épave puis, numérotée 261.416, la Supplique pour être enterré à la plage de Sète. Dans son ouvrage Brassens (1991), André Sallée note la qualité de l'ensemble : "Le son naturel est agréable, mais, non traité acoustiquement, il accentue les basses de Pierre Nicolas, qui s'étalent dans la maçonnerie."

Les prises définitives auraient dû être captées sitôt après la série de récitals de Georges au TNP, mais finalement, ce qui a été conçu au départ une maquette est devenu un disque édité tel quel (seul l'ordre des chansons a été modifié), sans seconde guitare. Ceci dû au fait qu'un mouvement de grève des musiciens avait bloqué les studios parisiens. Une note de la firme Philips, imprimée au verso de la pochette originale, explique tous ces évènements (avec cependant une erreur sur le lieu où se sont déroulées les séances d'enregistrement):

    "En juillet 1966, préparant ses nouvelles chansons, Georges Brassens enregistrait, à son domicile à Paris, avec Pierre Nicolas, une bande de travail.
    Des circonstances extérieures empêchent actuellement la sortie traditionnelle du nouveau disque de Brassens.
  Mais devant la
qualité, la spontanéité, le caractère détendu de cet enregistrement provisoire, nous avons pensé qu'il serait agréable aux admirateurs de Brassens de posséder cette 'Pièce' de collection.

   C'est pour cela que, pressés par d’innombrables demandes, nous éditons aujourd’hui ces onze chansons que Brassens a créées au Théâtre National Populaire. Il s’agit d’un document."

Il est intéressant de remarquer que les rappels du verso de la pochette portent des numéros de référence qui correspondent à ceux de la série des 'Chimigrammes de Pierre Cordier' inaugurant, pour Brassens, la collection des "Grands auteurs & compositeurs interprètes." Cordier avait, au moyen de sa technique artistique, illustré les huit premiers 33T 30 cm originaux de Brassens. Il est donc logique que Supplique pour être enterré à la plage de Sète paraisse avec un numéro de référence du même type. Pour autant, il est étonnant de voir le chiffre romain IX en haut à droite du recto de la pochette, lorsque l'on sait que par rapport à la discographie originale du poète sétois (qui a démarré avec le format 33T 25 cm), il s'agit en réalité du 11e album !

Ceci s'explique par le passage progressif du format 25 cm au 30 cm, intervenu durant la première moitié des années 1960. Le 10e album de Brassens, Les Copains d'abord (Philips P 77.894 L - novembre 1964), en a directement bénéficié. Puis les neuf 33T 25 cm qui l'ont précédé ont été converti à leur tour. En a résulté, en septembre 1965, la série de huit 33T 30 cm aux pochettes illustrés par Pierre Cordier. Pas encore de chiffres romains au recto de ces dernières, mais leur verso accueille des notes signées René Fallet. Fin 1965, une seconde série vient enrichir la collection des "Grands auteurs & compositeurs interprètes": la série dite 'Faux bois'. Les pochettes sont illustrées d’une trame imitant le bois au recto et le verso comporte toujours les titres ainsi que les notes de René Fallet. C'est sur cette série qu'apparaissent les chiffres romains, numérotant les albums de I à VIII. Le tirage original de la Supplique pour être enterré à la plage de Sète se place juste à la suite (d'où le chiffre IX) et reprend le même graphisme à l'exception de la trame imitation bois et des notes de René Fallet. Celles-ci seront ajoutées peu de temps après pour donner naissance à un second tirage sous la même référence que le premier: Philips P 77.854 L.


Par la suite, le disque sera réédité avec une pochette identique mais avec cette fois un label noir ainsi qu'une référence (sur la pochette comme sur le label) du même type que celles des autres 33T de la série 'Faux bois': 844 758 BY.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire