A propos de ce blog

C'est durant ma petite enfance que j'ai découvert l’œuvre de Georges Brassens, grâce à mon père qui l’écoute souvent durant les longs trajets en voiture. Sur la route des vacances estivales, j'ai entendu pour la première fois Le Petit Cheval alors que je n'avais que 4 ans. C'était en août 1981. Au fil des années, j'ai découvert bien d'autres chansons. Dès l'adolescence, Georges Brassens était ancré dans mes racines musicales, au même titre que Jacques Brel, Léo Ferré, Barbara et les autres grands auteurs-compositeurs de la même génération. M’intéressant plus particulièrement à l’univers du poète sétois, je me suis alors mis à réunir ses albums originaux ainsi que divers ouvrages et autres documents, avant de démarrer une collection de disques vinyles à la fin des années 1990. Brassens en fait bien entendu partie. Cet engouement s’est accru au fil du temps et d’évènements tels que le Festival de Saint-Cyr-sur-Morin (31/03/2007) avec l’association Auprès de son Arbre. A l’occasion de la commémoration de l’année Brassens (2011), j’ai souhaité créer ce blog, afin de vous faire partager ma passion. Bonne visite... par les routes de printemps !

J'ai rendez-vous avec vous

"Chaque fois que je chante une chanson, je me fais la belle." Georges Brassens

jeudi 12 février 2015

Georges Brassens et Bourvil, amis pudiques

A l'époque où Georges Brassens possédait le Moulin de la Bonde, une maison située à Crespières (78) au bord du Ru de Gally, un voisin assez proche n'était autre que Bourvil. Ce dernier avait une propriété à Montainville, commune située à une dizaine de minutes de voiture de Crespières et accessible par une petite route passant près du camp militaire de Frileuse.

Les deux artistes s'appréciaient beaucoup, tant professionnellement que personnellement. Ils avaient en commun un grand respect des autres, mais aussi la même pudeur, la même timidité. Ce qui explique que, du fait de leur envie de se rencontrer, ils usaient de prétextes divers pour aller l'un chez l'autre: Brassens venait demander des conseils à Bourvil pour l'achat d'une tondeuse à gazon, ou bien Bourvil allait chercher des pièges à taupes chez Brassens.

En se retrouvant autour d'une table, tous deux partageaient une connaissance encyclopédique de la chanson française et échangeaient également sur divers sujets littéraires, se conseillaient parfois quelque lecture. Des liens étroits se sont tissés entre eux. Suffisamment pour qu'il soit arrivé que, par la suite, Bourvil confie sa gouvernante à Brassens pour aider lors d'occasions particulières où ce dernier recevait du monde. A ce propos, Pierre Berruer raconte une anecdote mettant en scène Georges et René Fallet seuls chez Bourvil, voulant boire un Ricard sans oser demander quoi que ce soit à la gouvernante de ce dernier. [Berruer P. - La marguerite et le chrysanthème - pp. 102-103]

Au sein du monde du spectacle, les deux amis ont eu l'occasion de se retrouver le 06/12/1967 au Palais de Chaillot pour un gala en faveur de l'association Perce-Neige, œuvre de Lino Ventura. Outre ce dernier, ils y ont côtoyé Jean Gabin, Fernandel, André Verchuren et Édouard Duleu, président de l'Union nationale des accordéonistes français.

Le poète sétois a rendu hommage à son ami acteur, chanteur et humoriste dans une émission diffusée sur TF1 le 28/12/1975: A la rencontre de Bourvil, réalisée par Alice Tacvorian.


A son domicile de la rue Santos-Dumont, il s'entretient avec Robert Beauvais, évoquant celui qu’il voyait le parfait honnête homme, façon XVIIe siècle. L'interview est entrecoupée d'images d'archives de Bourvil évoquant Brassens.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire