A propos de ce blog

C'est durant ma petite enfance que j'ai découvert l’œuvre de Georges Brassens, grâce à mon père qui l’écoute souvent durant les longs trajets en voiture. Sur la route des vacances estivales, j'ai entendu pour la première fois Le Petit Cheval alors que je n'avais que 4 ans. C'était en août 1981. Au fil des années, j'ai découvert bien d'autres chansons. Dès l'adolescence, Georges Brassens était ancré dans mes racines musicales, au même titre que Jacques Brel, Léo Ferré, Barbara et les autres grands auteurs-compositeurs de la même génération. M’intéressant plus particulièrement à l’univers du poète sétois, je me suis alors mis à réunir ses albums originaux ainsi que divers ouvrages et autres documents, avant de démarrer une collection de disques vinyles à la fin des années 1990. Brassens en fait bien entendu partie. Cet engouement s’est accru au fil du temps et d’évènements tels que le Festival de Saint-Cyr-sur-Morin (31/03/2007) avec l’association Auprès de son Arbre. A l’occasion de la commémoration de l’année Brassens (2011), j’ai souhaité créer ce blog, afin de vous faire partager ma passion. Bonne visite... par les routes de printemps !

J'ai rendez-vous avec vous

"Chaque fois que je chante une chanson, je me fais la belle." Georges Brassens

jeudi 28 novembre 2019

Banc Public à Sézanne (51) !

Banc Public vous attend le dimanche 1er décembre à 15H à Sézanne, sur les planches de la salle du Prétoire. Georges Brassens et Boby Lapointe y seront au rendez-vous à travers leurs chansons !

Informations utiles:
Salle du Prétoire
Cours d'Orléans
51120 Sézanne

jeudi 14 novembre 2019

Marc García canta a Brassens... à Bois Baudry (77) !

Catalan d'origine, Marc García habite aujourd'hui la banlieue de Barcelone après avoir vécu une dizaine d’années à Madrid et deux ans à Paris. Poète et aussi chanteur, grand admirateur de Georges Brassens, il a adapté des chansons du sétois moustachu en espagnol ainsi que dans sa langue maternelle. Son travail a étonné et suscité l’admiration de ses pairs ainsi que d'un public connaisseur. Marc s'est produit, entre autres, lors des 31es Journées Georges Brassens à Paris, l'année dernière. Il a entendu parler de Bois Baudry et... sera devant vous le vendredi 29 novembre et vous offrira ses interprétations jazzypoétiques, ses traductions en espagnol et en catalan, sa vision du "Bon Maître". Il sera à la guitare, accompagné pour l'occasion par son contrebassiste Emilio Marin.

Hasta pronto entonces (viernes 29 de noviembre) !


lundi 11 novembre 2019

Musique irlandaise: Scoops en concert à Bois Baudry (77) !

Scoops est un magnifique trio de virtuoses qui nous permettra de plonger instantanément dans un pub de Galway, Cork ou Dublin. Ils ont trois albums à leur actif, mélange de genres inattendu alliant morceaux traditionnels et compositions récentes. On flirtera à l'occasion avec le jazz et les musiques populaires...
 
Pour sûr, vous aurez envie de taper du pied, pour sûr vous aurez envie de danser, que vous soyez connaisseur ou néophyte... il faudra sans doute le faire avec modération, tant vous êtes attendus nombreux... Pour sûr la richesse et la subtilité des gigs, des reels, la chaleur complice et enthousiaste ainsi que la stupéfiante qualité instrumentale - flûte, guitare et bodhran - de Scoops fera du bien à tous.
 
Soyez donc au rendez-vous, samedi 23 novembre, pour deux concerts, respectivement à 15H (cette séance a été ajoutée du fait de l'affluence des demandes de réservation) et à 20H !

lundi 4 novembre 2019

"Entre les grilles et le gorille, il n’y a qu’une voyelle de différence, mais c’est celle de la liberté."

Ces mots d’Anne C. Chabanon, que l’on retrouve au sein de son article "Sur les cordes de Georges" publié dans le N°4 de la revue Les Amis De Georges (septembre-octobre 1991), traduisent on ne peut mieux l’esprit libertaire de l’une des plus célèbres chansons de Georges Brassens, dont l’écriture démarra dès 1946. Son premier titre: Gorille vendetta, comme en atteste une lettre à Marcel et Germaine Renot, datée du 16/10/1951, dans laquelle le sétois moustachu parle du trac maladif qui l’atteint lorsqu’il doit affronter le public des cabarets où il auditionne durant cette période: "(…) La trouille m’enlève mes moyens comiques et ce que je dis perd de son sel dans des chansons genre Gorille vendetta, tandis que, dans les autres chansons, je peux impunément trembler du genou, la musique prenant le pas sur les paroles." [Georges Brassens in Liégeois J.-P., 2007. Georges Brassens - Œuvres complètes, Le Cherche-Midi, coll. Voix publiques, pp. 1292-1293]