A propos de ce blog

C'est durant ma petite enfance que j'ai découvert l’œuvre de Georges Brassens, grâce à mon père qui l’écoute souvent durant les longs trajets en voiture. Sur la route des vacances estivales, j'ai entendu pour la première fois Le Petit Cheval alors que je n'avais que 4 ans. C'était en août 1981. Au fil des années, j'ai découvert bien d'autres chansons. Dès l'adolescence, Georges Brassens était ancré dans mes racines musicales, au même titre que Jacques Brel, Léo Ferré, Barbara et les autres grands auteurs-compositeurs de la même génération. M’intéressant plus particulièrement à l’univers du poète sétois, je me suis alors mis à réunir ses albums originaux ainsi que divers ouvrages et autres documents, avant de démarrer une collection de disques vinyles à la fin des années 1990. Brassens en fait bien entendu partie. Cet engouement s’est accru au fil du temps et d’évènements tels que le Festival de Saint-Cyr-sur-Morin (31/03/2007) avec l’association Auprès de son Arbre. A l’occasion de la commémoration de l’année Brassens (2011), j’ai souhaité créer ce blog, afin de vous faire partager ma passion. Bonne visite... par les routes de printemps !

J'ai rendez-vous avec vous

"Chaque fois que je chante une chanson, je me fais la belle." Georges Brassens

mardi 10 décembre 2019

Georges Brassens chante les chansons poétiques (...et souvent gaillardes) de... Georges Brassens (Polydor 530.011)

Georges Brassens chante les chansons poétiques (...et souvent gaillardes) de... Georges Brassens (Polydor 530.011) est le tout premier 33T 25 cm du sétois moustachu. L'illustration de la pochette met en avant un des titres forts de l'album: Le gorille. Une chanson dont l'interprétation fut rendue d'autant plus crédible que la carrure de Brassens fut, à l'époque, imposante. Dans ses notes, René Fallet souligne ce point: Il y eut aussi le rapprochement physique Brassens-gorille. Aujourd’hui encore ce sont les notes de "Gare au gorille" que joue l’orchestre au moment même de l’entrée en scène de son auteur. Chez lui, lorsqu’il entend se faire respecter par les chiens ou les chats, Brassens crie "Gare au gorille" ! Ainsi, le recto de la pochette est illustré d'un montage en noir et blanc utilisant une photo-portrait du Studio Harcourt Paris montrant Georges qui tient, de sa main gauche, sa guitare par le manche. Ledit cliché est incrusté dans un dessin d'arrière-plan signé Barthil. Le résultat montre la silhouette de Brassens dominée par l'ombre d'un gorille sortant de sa cage.