A propos de ce blog

C'est durant ma petite enfance que j'ai découvert l’œuvre de Georges Brassens, grâce à mon père qui l’écoute souvent durant les longs trajets en voiture. Sur la route des vacances estivales, j'ai entendu pour la première fois Le Petit Cheval alors que je n'avais que 4 ans. C'était en août 1981. Au fil des années, j'ai découvert bien d'autres chansons. Dès l'adolescence, Georges Brassens était ancré dans mes racines musicales, au même titre que Jacques Brel, Léo Ferré, Barbara et les autres grands auteurs-compositeurs de la même génération. M’intéressant plus particulièrement à l’univers du poète sétois, je me suis alors mis à réunir ses albums originaux ainsi que divers ouvrages et autres documents, avant de démarrer une collection de disques vinyles à la fin des années 1990. Brassens en fait bien entendu partie. Cet engouement s’est accru au fil du temps et d’évènements tels que le Festival de Saint-Cyr-sur-Morin (31/03/2007) avec l’association Auprès de son Arbre. A l’occasion de la commémoration de l’année Brassens (2011), j’ai souhaité créer ce blog, afin de vous faire partager ma passion. Bonne visite... par les routes de printemps !

J'ai rendez-vous avec vous

"Chaque fois que je chante une chanson, je me fais la belle." Georges Brassens

samedi 22 février 2020

Le temps ne fait rien à l'affaire - Brassens et Vian

Le Big Band de Jazz de Villefranche invite le crooner Claude Lieggi pour revisiter les œuvres des grands auteurs-compositeurs-interprètes de la chanson francophone (Georges Brassens, Boris Vian…) sur des arrangements originaux de Pascal Berne, le tout sous la direction de Christophe Metra. Le temps ne fait rien à l'affaire, c'est le titre de leur nouveau disque paru en fin d'année dernière et mettant à l'honneur Georges Brassens et Boris Vian: quatorze titres, dont trois du Satrape du Collège de 'Pataphysique, à savoir Fais-moi mal Johnny, J'suis snob et La complainte du progrès. Quant au sétois moustachu, il est représenté à travers, dans l'ordre: Celui qui a mal tourné, Je m'suis fait tout petit, La complainte des filles de joie, La femme d'Hector, Saturne, La ronde des jurons, P... de toi, Le temps ne fait rien à l'affaire, Hécatombe, Le fossoyeur et La mauvaise réputation. L’alchimie entre le Big Band, Claude Lieggi et les arrangements originaux ici créés fonctionnent on ne peut mieux, pour une relecture jazz qui fait swinguer les mots des deux artistes auquel hommage est rendu de belle manière !

mercredi 12 février 2020

Uscule à Courtioux (10) le 14 mars !

C'est à Courtioux (10), dans la Grange aux Histoires, que vous pourrez retrouver Uscule samedi 14 mars prochain... 

ça va swinguer avec, au programme, Georges Brassens, Nino Ferrer, Jacques Higelin, Bernard Lavilliers, Claude Nougaro, Pierre Perret, Henri Salvador, Charles Trenet, Boris Vian et bien d'autres, pour égayer cette nouvelle soirée musicale !

lundi 10 février 2020

Michel Maestro à Bois Baudry (77) !

Vendredi 13 mars, Michel Maestro fera escale à Bois Baudry (77) pour un récital qui débutera à 20H.

Le barde de Nérac (47), qui est à l'origine de la belle histoire des concerts sis en terre briarde depuis 2013, effleurera les cordes de sa guitare pour offrir ses subtiles interprétations d’œuvres de Barbara, Georges Brassens, Jacques Brel, Jean Ferrat, Léo Ferré, Gérard Manset et bien d'autres. Soyez au rendez-vous pour l'applaudir !

samedi 1 février 2020

"Toi, je vais te piquer ton guitariste."

© T. Atanassov
C’est au cabaret La Colombe, fondé par Beleine et Michel Valette à l’emplacement d’un petit bistrot sis au 4, rue de la Colombe dans l’île de la Cité (Paris 4e) et dont ils prirent la direction le 02/10/1954, que Colette Chevrot débuta deux années plus tard en novembre 1956, interprétant des textes souvent teintés d’humour noir - certains à sens antimilitariste - du comédien Pierre Latour (qu’elle épousa en premières noces), de Boris Vian ou encore de Jean Yanne. Collaborant avec Jacques Estérel et André Popp, elle mit également à son répertoire des chansons de Georges Brassens, Jacques Brel, Bernard Dimey, Raymond Levesque et bien d’autres. Celle qui fut surnommée "la Buster Keaton de la chanson" fit rapidement montre d’une personnalité forte et élégante. De plus, son audace - cachant un trac certain, sa gouaille et son humour ne laissèrent pas son public indifférent. Aussi, dans Le Joli Temps de La Colombe (2013), Michel Valette se souvient qu’elle donna un côté vachard et grinçant à son interprétation de quelques chansons humoristiques (parmi celles, datant de la Belle Époque, que le comédien Lucien Raimbourg lui fit découvrir) empruntées au répertoire de Cora Vaucaire.