A propos de ce blog

C'est durant ma petite enfance que j'ai découvert l’œuvre de Georges Brassens, grâce à mon père qui l’écoute souvent durant les longs trajets en voiture. Sur la route des vacances estivales, j'ai entendu pour la première fois Le Petit Cheval alors que je n'avais que 4 ans. C'était en août 1981. Au fil des années, j'ai découvert bien d'autres chansons. Dès l'adolescence, Georges Brassens était ancré dans mes racines musicales, au même titre que Jacques Brel, Léo Ferré, Barbara et les autres grands auteurs-compositeurs de la même génération. M’intéressant plus particulièrement à l’univers du poète sétois, je me suis alors mis à réunir ses albums originaux ainsi que divers ouvrages et autres documents, avant de démarrer une collection de disques vinyles à la fin des années 1990. Brassens en fait bien entendu partie. Cet engouement s’est accru au fil du temps et d’évènements tels que le Festival de Saint-Cyr-sur-Morin (31/03/2007) avec l’association Auprès de son Arbre. A l’occasion de la commémoration de l’année Brassens (2011), j’ai souhaité créer ce blog, afin de vous faire partager ma passion. Bonne visite... par les routes de printemps !

J'ai rendez-vous avec vous

"Chaque fois que je chante une chanson, je me fais la belle." Georges Brassens

lundi 1 février 2021

La Compagnie des œuvres: quatre émissions sur la vie et l'œuvre de Georges Brassens

© E. Mandelmann - CC BY-SA 3.0

Dans le cadre de La Compagnie des œuvres, émission quotidienne de France Culture dédiée au patrimoine culturel mondial, Matthieu Garrigou-Lagrange propose une semaine sur la vie et l'œuvre de Georges Brassens, du 1er au 04/02/2021. Sont donc prévus quatre épisodes consécutifs, diffusés de 15H à 16H, du lundi au jeudi. Voici la présentation de la série Georges Brassens nous rend heureux:

Troubadour égaré dans le siècle des machines, Brassens nous a légué une œuvre à l’écart du consensus et de la place publique, synthèse de l’argot de rue, du Moyen-Âge et du classicisme français. Préférant suggérer que dire, l’homme cultiva un esprit libre et anarchiste, non comme un dogme, mais comme une manière d’être au monde, grattant sa guitare comme des cordes de prison, croquant avec appétit les notes et les derrières.

Clémentine Deroudille, qui fut la co-commissaire - avec Joann Sfar - de la grande exposition Brassens ou la liberté en 2011, est l'invitée de l'émission d'aujourd'hui qui a pour titre La bohème de Georges Brassens. La jeunesse de l'artiste et la genèse de l’œuvre sont les thèmes abordés.

Demain, ce sera au tour de Jean-Paul Liégeois, directeur de collection au Cherche-Midi, qui a rassemblé en un unique ouvrage paru en 2007, les Œuvres complètes de Georges Brassens. Brassens, paroles et musiques, c'est le titre de cette seconde émission qui s'intéressera aux écrits du sétois moustachu.
 
Mercredi, Salvador Juan, auteur de Sociologie d’un génie de la poésie chantée: Brassens (2017), posera son regard sur la perception de l’œuvre de Georges Brassens par le public au fil des décennies, tout en évoquant l'analyse que l'artiste lui-même propose de la société de son époque à travers ses chansons: Brassens, sociologie d'un génie.
 
Enfin, jeudi, deux invités prendront le micro en compagnie de Matthieu Garrigou-Lagrange. En première partie, c’est Renaud Nattiez, auteur du Dictionnaire Georges Brassens (2020) et de l’essai Brassens et Tintin: Deux mondes parallèles (2020), qui nous fera partager son regard singulier sur l’œuvre de Georges. Puis, pour la seconde partie, Jérôme Arnould, chanteur du groupe Malo et qui publia Brassens et la camarde (1999), nous parle du thème de la mort dans l’œuvre de l'auteur de la Supplique pour être enterré à la plage de Sète. Le titre de l'émission: Les noms propres de Brassens.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire