A propos de ce blog

C'est durant ma petite enfance que j'ai découvert l’œuvre de Georges Brassens, grâce à mon père qui l’écoute souvent durant les longs trajets en voiture. Sur la route des vacances estivales, j'ai entendu pour la première fois Le Petit Cheval alors que je n'avais que 4 ans. C'était en août 1981. Au fil des années, j'ai découvert bien d'autres chansons. Dès l'adolescence, Georges Brassens était ancré dans mes racines musicales, au même titre que Jacques Brel, Léo Ferré, Barbara et les autres grands auteurs-compositeurs de la même génération. M’intéressant plus particulièrement à l’univers du poète sétois, je me suis alors mis à réunir ses albums originaux ainsi que divers ouvrages et autres documents, avant de démarrer une collection de disques vinyles à la fin des années 1990. Brassens en fait bien entendu partie. Cet engouement s’est accru au fil du temps et d’évènements tels que le Festival de Saint-Cyr-sur-Morin (31/03/2007) avec l’association Auprès de son Arbre. À l’occasion de la commémoration de l’année Brassens (2011), j’ai souhaité créer ce blog, afin de vous faire partager ma passion. Bonne visite... par les routes de printemps !

J'ai rendez-vous avec vous

"Chaque fois que je chante une chanson, je me fais la belle." Georges Brassens

dimanche 9 décembre 2012

Les premiers super 45T de Georges Brassens chez Polydor

L'enregistrement des premiers disques de Georges Brassens a rencontré quelques obstacles, dus aux textes de certaines chansons. Ce fut le cas, par exemple, du Gorille, qui n'a pas été sans poser problème non pas spécialement à Jacques Canetti, mais aux dirigeants de la firme Philips en Hollande. Canetti s'est alors arrangé pour que la sortie des premiers 78T de Brassens soit programmée chez Polydor, firme dont l'usine et le catalogue français ont été rachetés par Philips en 1951 et pour laquelle il était également découvreur de talents. Les 33T 25 cm ainsi que les 45T ont eu la même destinée. Dater précisément la sortie des deux premiers super 45T de Brassens sous le label Polydor n'est pas chose aisée, car certaines informations qui le permettraient font parfois défaut. Toutefois, un faisceau d'indices peut conduire à donner des estimations se rapprochant autant que possible de la vérité historique:
  •  Polydor 576.004: la présence, parmi les rappels publicitaires du verso de la pochette, du 33T 25 cm Georges Brassens interprète ses dernières compositions - 2e Série (Polydor 530.024) paru au début de l'année 1954, mais aussi et surtout le fait que figure également - et ce, dès la toute première mouture du super 45T - la mention 'Grand Prix du disque 1954 Académie Charles Cros' (qui fut décerné à Brassens pour son 78T Polydor 560.436, comportant Le fossoyeur et Le parapluie). Car la remise de ce prix est intervenue au printemps 1954, comme en atteste l'article intitulé Chansons: voix d'hommes, signé par de Franck Ténot dans la revue Disques en mai 1954. Une précision supplémentaire nous est même apportée par un second article, publié dans Le Journal du Dimanche du 02/05/1954 sous le titre Des grands prix du disque ont été distribués cette semaine. [Sermonte J.-P. - L'œuvre discographique de Georges Brassens - p. 46] La parution du premier super 45T de Georges Brassens est donc vraisemblablement intervenue à partir de cette période ou dans les mois qui ont suivi;
  •  Polydor 576.012: parmi les rappels publicitaires de super 45T les plus récents figurant au verso de ce que l'on peut considérer à ce jour comme la première version de la pochette, on relève Lucienne Vernay et André Claveau - Libellule, ver-luisant et Cie (Polydor 576.005), Maurice Chevalier N°1 (Polydor 576.008), Robert Lamoureux 1ère Série (Polydor 576.011), Les Frères Jacques N°2 (Polydor 576.014) et Jacqueline François N°3 (Polydor 576.019). Tous ont paru en 1955, plus précisément en avril pour le dernier cité. Cela permet de supposer que le second super 45T de Georges Brassens est sorti au printemps de cette même année.
 
Ces deux disques ont vu le jour sous des pochettes illustrées par un cliché d'Henri Guilbaud. À noter que le second est référencé dans Gallica, qui regroupe les collections numérisées de la Bibliothèque nationale de France.

Polydor 576.004
Face A
  • Le Parapluie
  • Il n'y a pas d'amour heureux (Louis Aragon - Georges Brassens)
Face B
  • J’ai rendez-vous avec vous
  • La chasse aux papillons

 
Polydor 576.012
Face A
  • La Marine (Paul Fort - Georges Brassens)
  • Corne d'Auroch
Face B
  • Pauvre Martin
  • Le vent
  • Hécatombe


Sur le premier, Le Gorille n'apparaît volontairement pas tandis que sur le second, on remarquera le titre Corne d'Auroch orthographié avec une faute: le terme aurochs étant invariable, il prend logiquement un 's' même au singulier. Néanmoins, l'orthographe auroch est recommandée par les rectifications orthographiques de la langue française en 1990.

Ces disques existent sous deux grands types différents de pochettes: avec et sans rabats extérieurs au verso. Si ils ne constituent pas en eux-mêmes de grosses raretés, ils sont cependant difficiles à trouver en bon état. Ce d'autant plus que les pochettes sans rabats extérieurs (dites "portefeuille"), ouvrantes à l'origine, ont été très souvent scotchées. Ceci s'explique par le fait que le disque pouvait en tomber très facilement lors de la manipulation, contrairement aux pochettes avec rabats extérieurs, fermées donc plus sécurisantes.
 
 

On notera que sur les pochettes sans rabats extérieurs, le nom de l'artiste, le titre ainsi que les références du disque sont imprimées sur le bord vertical gauche du recto (droit, sur le verso), avec la mention 'MICROSILLON méd.'. En revanche, sur les pochettes à rabats extérieurs, c'est sur la tranche que sont imprimées ces mêmes informations ainsi que la mention 'Microsillon médium' en lettres minuscules et sans aucune abréviation. De plus, une marge annotée 'Rappels 45T/M' figure sur le verso des pochettes sans rabats extérieurs. Elle a disparu de celui des pochettes avec rabats extérieurs. La mention de l'imprimeur ('Imp. F.G. RICHIR - Paris') ainsi que le cadre contenant les informations sur les précautions d'utilisation des disques (plus étroit sur les pochettes à rabats extérieurs) présentent également des différences d'impression d'un type de pochette à l'autre.

 Au verso de la pochette du super 45T Polydor 576.004 par exemple, la mention de l'imprimeur,
centrée en bas, peut se trouver sur le rabat inférieur ou bien au-dessus.

C'est également le cas pour la mention 'Grand Prix du disque 1954 Académie Charles Cros' qui figure en lettres capitales et en gras en haut à droite du verso, sous le nom 'Brassens'. Cependant, l'article défini contracté du a parfois été omis et ce, indépendamment du type de pochette. Précisons que sur la toute première version de la pochette "portefeuille" du EP Polydor 576.004, cette mention n'est pas ainsi mise en évidence.



Outre ces deux types de pochette et les variantes présentées ci-dessus, il est intéressant d'en rechercher d'autres susceptibles d'exister, notamment car les rappels publicitaires de disques parus ou à paraître à la même époque sont très variables. Si vous en possédez, n'hésitez pas à me les faire partager !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire