A propos de ce blog

C'est durant ma petite enfance que j'ai découvert l’œuvre de Georges Brassens, grâce à mon père qui l’écoute souvent durant les longs trajets en voiture. Sur la route des vacances estivales, j'ai entendu pour la première fois Le Petit Cheval alors que je n'avais que 4 ans. C'était en août 1981. Au fil des années, j'ai découvert bien d'autres chansons. Dès l'adolescence, Georges Brassens était ancré dans mes racines musicales, au même titre que Jacques Brel, Léo Ferré, Barbara et les autres grands auteurs-compositeurs de la même génération. M’intéressant plus particulièrement à l’univers du poète sétois, je me suis alors mis à réunir ses albums originaux ainsi que divers ouvrages et autres documents, avant de démarrer une collection de disques vinyles à la fin des années 1990. Brassens en fait bien entendu partie. Cet engouement s’est accru au fil du temps et d’évènements tels que le Festival de Saint-Cyr-sur-Morin (31/03/2007) avec l’association Auprès de son Arbre. À l’occasion de la commémoration de l’année Brassens (2011), j’ai souhaité créer ce blog, afin de vous faire partager ma passion. Bonne visite... par les routes de printemps !

J'ai rendez-vous avec vous

"Chaque fois que je chante une chanson, je me fais la belle." Georges Brassens

mardi 7 juin 2022

"Et chercher sur la terre un endroit écarté... Où d’être homme d’honneur on ait la liberté."

La pipe au papa du Pape Pie pue

Cette célèbre locution que l’on trouve dans le poème de Jacques Prévert La crosse en l’air, écrit en 1936 et publié dans le recueil Paroles (1946), a sans doute beaucoup plus à Boby Lapointe, lui-même grand adepte de figures de style et de jeux de mots en tous genres. Et Georges Brassens n’était pas en reste, lui qui riait beaucoup en lisant l’auteur des Feuilles mortes et dont l’un des grands amis n’était autre que Raymond Devos. Effectuons un bond jusque dans les années 1950 afin de nous intéresser aux connivences et liens étroits entre ces deux artistes incontournables… et moustachus de surcroît !

Au début de l’année 1954, plus précisément du 26/02 au 24/04, Gilles Grangier tourne son film Poisson d’avril aux studios de Boulogne. Première rencontre cinématographique entre Bourvil (dans le rôle d’Émile Dupuy, mécanicien automobile) et Louis de Funès (qui incarne un garde-pêche), ce long métrage est mis en musique par Etienne Lorin, compositeur attitré des chansons de Bourvil. Le musicien multi-instrumentiste, spécialiste de l'accordéon, croise à cette époque Boby Lapointe, jeune débutant cherchant des interprètes pour ses chansons qui peinent à trouver preneur. En effet, les textes finement ciselés et truffés de calembours, de contrepèteries, d'allitérations et de paronomases rebutent. Tous deux vont tisser des liens, d’autant plus que l’une des œuvres du piscénois retient particulièrement l’attention de Lorin: Aragon et Castille. Ce dernier la propose à Bourvil pour une séquence musicale chantée de Poisson d’avril. L’interprète de la Causerie anti-alcoolique se montrant intéressé, il devient alors le premier interprète de Boby Lapointe.


Bien que le film, sur les écrans le 28/07/1954, ne rencontre pas le succès et que la chanson soit très vite oubliée, Boby ne perd pas espoir. Il ne sait pas encore qu’il enregistrera Aragon et Castille six ans plus tard, néanmoins, sa carrière musicale vient de démarrer timidement mais officiellement et il va être introduit dans la sphère parisienne. Continuant d’essayer de placer ses chansons, ses démarches vont l’amener jusqu’au Cheval d'or, cabaret ouvert un samedi de mars 1955 au 33, rue Descartes (Paris 5e) sur la montagne Sainte-Geneviève dans le quartier de la Sorbonne. L’établissement est dirigé par Léon Tcherniak et Jean-Pierre Suc. Ce dernier, d’origine montpelliéraine, est un auteur-compositeur-interprète féru de jazz qui avait commencé à se produire avec son groupe L’Original Jazz Gang à partir de 1951, avant de monter à Paris un an plus tard, sur les conseils de Georges Brassens. Au Cheval d'or, il chante en duo avec Henri Serre, tout en officiant en tant que directeur artistique.  

C’est lui qui va mettre en lumière Boby Lapointe, lequel lui fait entendre huit titres enregistrés sur son magnétophone à bande et qu’il chante en s’accompagnant sommairement à la guitare. Dans Chansonbricole - L'intégrale et quelques bricoles de plus (2005), on apprend que figurent entre autres Aragon et Castille, Petit homme qui vit d’espoir, Bobo Léon, L’ange et Sentimental Bourreau. Nous sommes en 1958 et Boby, qui pense ne pas pouvoir défendre ses textes avec sa voix et souhaite intéresser des interprètes, féminines de préférence, se voit poussé sur scène par Jean-Pierre Suc qui lui dit: "Des interprètes ? T’es complètement dingue ! Des chansons pareilles, on ne les confie à personne." Difficilement, il finit par se laisser entraîner sur les planches, hors programme: "Non, c’est une blague, je ne sais pas chanter !" Ainsi, après s’être rôdé, Boby effectue son premier tour de chant officiel sur la scène en demi-lune du Cheval d’or en décembre 1959. On retrouve son témoignage écrit dans Chansonbricole - L'intégrale et quelques bricoles de plus (2005).

Boby Lapointe: "Je finis par me décider à chanter mes chansons moi-même. Fin 1959, j’ai un tour de quatre chansons dont Aragon et Castille et Avanie et Framboise [le titre définitif de celle-ci deviendra simplement Framboise !]."

Parmi les gens du métier qu’il côtoie figurent Raymond Devos, Christian Marin, Jacques Florencie, Luce Klein, Anne Sylvestre, Christine Sèvres et parfois Jean Ferrat, sans oublier Pierre Maguelon dit Petit Bobo qui est animateur attitré du cabaret de la rue Descartes.

Pierre Maguelon: "Je me souviens fort bien de ses débuts, sur notre petite scène. Il prenait une chaise, s’asseyait, accoudé au piano, ce qui le déportait sur le côté où il était difficile de l’éclairer, peut-être par pudeur ou par timidité, pour chercher une connivence, un soutien meilleur de son accompagnateur. Va savoir ! En tout cas, la posture déjà, donnait un air cocasse, insolite, original, et on se demandait bien ce qu’il allait nous sortir le bonhomme. Soudain, il tressautait sur son siège, de la tête et du séant, comme un cavalier débutant, scandait la mesure à haute voix (car elle lui était rétive, souvent) et, après parfois plusieurs faux départs, la voix éclatait tonitruante : Boby chantait comme un convive à la fin d’un banquet pour notre régal à tous.
Quand Boby était en scène, j'avais toujours l'impression d'un galop de taureau. D'un animal libre qui fonce tête au vent, défonce les barrières, avec des bombements de torse, des coups de tête, des jets d'écume dentelée.
Une fois lancé, difficile de l'arrêter. Parfois dans sa fougue, il lui arrivait de chanter deux fois la même chanson; comme je lui en faisais la remarque à la fin de son tour, il me répondit: "Bof ! Je ne m'en suis pas aperçu, y'a des chances que le public non plus." [Long-Lapointe H., 1990. Boby Lapointe - p. 203]

Boby va faire la connaissance de Georges Brassens, lequel fréquente l’établissement de ses copains méridionaux qu’il a aidés dans leur installation en leur fournissant du matériel de sonorisation. Toujours, il soutient Jean-Pierre Suc dont il loue les qualités d’auteur-compositeur:

Georges Brassens: "Il y a à Paris un jeune auteur-compositeur qui écrit des chansons que j’aurai eu plaisir à écrire moi-même."

Parmi les autres artistes au programme, Boby Lapointe éblouit le sétois moustachu par ses chansons et par sa performance scénique. C’est Rosie Maurel qui va les présenter l’un à l’autre. Elle les connait intimement et a perçu en eux de nombreux traits de personnalité communs, comme l’analyse Huguette Long-Lapointe: leur gentillesse, leur tendresse, leur profondeur, leur simplicité, leur égrillarde aversion du factice. [Long-Lapointe H., 1990. Boby Lapointe - p. 92] Des liens vont alors progressivement se tisser entre les deux orfèvres des mots, au-delà de leurs origines héraultaises. Brassens va porter à Boby un attachement qui ne se démentira jamais.

Georges Brassens: "Je pense qu’on était de la même famille. Pas du tout parce qu’on était du même pays, on peut être du même pays et n’avoir aucun atome crochu, aucune affinité. Non, son goût de l’absurde nous rapprochait. Moi je l’ai aussi ; je le montre moins dans les chansons que lui ne le fait, mais je l’ai dans la vie.
On a dû se nourrir aux mêmes sources, nous avions des goûts communs [tous deux ont été marqués par les chansons de Mireille, Pills et Tabet ainsi que Charles Trenet, par exemple], c’est pour ça qu’on sympathisait. On était faits pour se rencontrer. (…) Il aimait se marrer Boby, et moi aussi, alors on ne pouvait pas ne pas fraterniser." [Long-Lapointe H., 1990. Boby Lapointe - p. 201-202]

D’autres points communs, inhérents au métier de la chanson, existent entre les deux languedociens: outre sa timidité et le fait qu’il ne se destinait pas à la chanson, Lapointe s’est initié seul à l’écriture musicale, comme Brassens. Il a suivi les conseils d’une méthode de solfège, a trouvé seul ses premiers accords de guitare. Pour marquer la mesure, à l’instar de Brassens qui frappe de la main sur la table en composant, Boby frappe du pied sur le sol pour marquer la mesure. Une habitude qu’il perpétue jusque dans son jeu de scène. Léon Tcherniak se souvient:

Léon Tcherniak: "Il avait une façon, disons, mathématique, de disposer ses chansons, d’imbriquer les mots les uns dans les autres, de renforcer son système par le rythme. Bien avant Gainsbourg, les rythmes jamaïcains l’avaient inspiré.
Bien sûr, il était un peu plus rond que les autres, plus vieux aussi : dix ans de plus ça compte… mais nettement moins audacieux. Cela a été un effort surhumain pour lui de répéter puis de monter sur scène. Il a fallu vraiment le pousser. Il voulait chanter trois chansons, et puis, poussé par le public, il s’est laissé porter. Il recommençait un couplet, puis un autre. Sans se lasser.
Il avait une façon bizarre de rythmer ses chansons : il se balançait verticalement, il trépidait, et sa trépidation se transmettait au public. Bien sûr, ce n’était pas un chanteur à voix. Mais de la voix dans les lieux où l’on chantait alors, on s’en moquait un peu. Aux artifices, on préférait la sincérité." [Long-Lapointe H., 1990. Boby Lapointe - p. 214]

Se faisant remarquer non seulement pour sa présence physique (sa taille et son aspect athlétique n'y sont pas étrangers, de même que ses airs faussement bourrus), mais aussi pour son élocution aléatoire et ses textes tout en jeux de mots, Boby Lapointe devient ainsi l'attraction principale du Cheval d'or. Attirant l'attention du cinéaste François Truffaut, il se voit proposer le rôle du chanteur de bar dans Tirez sur le pianiste, avec Charles Aznavour dans le rôle principal. Le tournage s’étale du 30/11/1959 au 22/01/1960 à Paris, à Levallois-Perret (92) et au Sappey-en-Chartreuse (38). Georges Delerue compose la bande originale du film qui contient également Dialogue d'amoureux, interprété par Félix Leclerc et Lucienne Vernay, mais aussi deux chansons que chante Boby devant la caméra: Framboise ! et Marcelle. Le rythme soutenu des calembours couplé à une articulation insuffisante rendant la compréhension particulièrement complexe implique une demande de sous-titrage de la part du producteur Pierre Braunberger. À la sortie du film sur les écrans le 25/11/1960, Boby deviendra pour la presse "le chanteur français sous-titré". Il s’en amusera en reprenant cette formulation pour intituler son troisième super 45T, lequel paraîtra en 1961 sous la référence Fontana 460.745 ME.

 
 
Durant le tournage de Tirez sur le pianiste, Boby rencontre Philippe Weil. Pour ce dernier, exerçant le métier de décorateur, l’année 1959 est celle au cours de laquelle il succède à Boris Vian à la direction artistique du label Fontana. Ils sympathisent très vite, se sentent sur la même longueur d’onde. À cette époque, Lapointe effectue des petits boulots pour subsister financièrement. Il s’est mis à son compte au 110, rue de la République à Saint Mandé (94): "Robert Lapointe antennes, Radio, Télévision, F Modulation, toutes installations: collectivité, longue distance, etc." Venant installer une antenne de télévision chez Philippe Weil, il s’entretient avec lui au sujet de ses chansons et l’invite à venir le voir au Cheval d'or. Ce faisant, Weil est conquis par la construction et l’humour des textes de Boby ainsi que par sa prestation. Il décide donc de le prendre sous son aile. Un contrat est signé avec Fontana le 27/01/1960, qui va déboucher dans un premier temps sur une programmation aux Trois Baudets et la rencontre avec Jacques Canetti. Durant cette période, Georges Brassens se produit à l’Olympia et reçoit entre autre la visite de Pierre Maguelon et de Boby Lapointe [Poulanges A., Marc-Pezet J., 1994. Boby Lapointe], lequel intègre le spectacle Qualitativement vôtre du 05/02 au 29/03/1960. Renée Lebas est la vedette. Les autres artistes qui partagent cette nouvelle affiche des Trois Baudets sont Pierre Doris, Denise Benoit, Les Dudaim, Carmen, Jean-Pierre Rambal, Jean-Pierre Darras et Philippe Noiret ainsi que René Cousinier.

Jacques Canetti: "Le public était agréablement dérouté par les prestations de Boby Lapointe et la presse se plaisait à pointer, sa "fantaisie échevelée",  sa "loufoquerie achevée", voire à saluer "le nouveau fou chantant." [Canetti J., 2008-2011. Mes 50 ans de chansons françaises - livre/coffret 4 CD + 1 DVD]

Côté enregistrement, une première séance a lieu sous la houlette de Claude Dejacques (qu'il a rencontré au Cheval d'or) le 16/05/1960 pour cinq chansons, dont les deux premières sont devenues les fétiches de Boby: Aragon et Castille, Avanie et Framboise, Marcelle, Insomnie, et Le poisson Fa. Deux disques seront publiés quelques mois plus tard: un 45T simple jukebox avec Avanie et Framboise et Aragon et Castille (Fontana 261.178 MF) en septembre (le 15 très précisément) et le super 45T Aragon et Castille (Fontana 460.700 ME) le 15/10/1960.

Jacques Canetti: "Au printemps, Boby entre en studio pour enregistrer Marcelle, Aragon et Castille, Insomnie, Framboise ! et Le Poisson Fa, sous la férule rassurante de ce bon Philippe qui, secondant le chef d’orchestre Alain Goraguer, lui indique du doigt les moments où il doit partir.
Un premier 45T de deux titres paraîtra en septembre, le cinq titres à la mi-octobre. L’idée d’apparaître en homme-grenouille sur la pochette est de Boby, "il y tenait", pas seulement par allusion au Poisson Fa, mais aussi en clin d’œil à son passé de scaphandrier… "Dans la vie j’ai eu des hauts et des bas, dans les bas j’étais scaphandrier, dans les hauts j’installais des antennes de télévision."
Si le bonhomme est pudique et, somme toute, mystérieux, il aura toujours ce besoin de faire passer quelque chose de lui-même par le truchement des pochettes de ses microsillons." [Canetti J., 2008-2011. Mes 50 ans de chansons françaises - livre/coffret 4 CD + 1 DVD]

Ci-contre, la pochette du super 45T que décrit Jacques Canetti. Boby Lapointe y fait un clin d’œil humoristique à un épisode difficile de sa jeunesse qui le rapproche de Georges Brassens: en 1943, il avait été envoyé à Linz, en Autriche, au titre du STO. Il s’en était évadé une première fois en novembre de la même année. Repris, il avait fait une seconde tentative, fructueuse, cette fois, utilisant entre autre le pseudonyme provocateur de Robert Foulcan. Sa grande stature et sa force physique lui avaient alors permis de devenir scaphandrier au port de La Ciotat (13) en mai 1944, essentiellement pour échapper aux recherches dont il avait été l'objet.


Mais revenons à la fin de l’année 1960 qui voit le lancement du film Tirez sur le pianiste mettre en lumière le super 45T Fontana 460.700 ME dont le texte de présentation imprimé au verso de la pochette est rédigé par Philippe Weil. Lors de la "Première" du film, Boby se sent mal à l’aise lorsqu’il doit saluer le public ovationnant à tout rompre. Avec Charles Aznavour lui aussi réservé, il finit par se lever et sourire, avec de petits mouvements de la tête. Peu de temps après, il passe en vedette anglaise du tour de chant d’Aznavour à l’Alhambra et dont la première a lieu le 12/12/1960. En 1961 commence alors pour lui un marathon des cabarets (en plus du Cheval d’or, où Jean-Claude Vannier remplace de temps en temps son pianiste habituel, La Méthode, L'École buissonnière (le cabaret de René-Louis Lafforgue), Le Port du Salut ainsi que l’Échelle de Jacob font partie des établissements où il se produit) et le 15/05, le super 45T Le chanteur sous-titré arrive dans les bacs. Le recto de la
pochette porte la mention ‘Les sous-titres sont à l’intérieur’, indiquant – caractéristique rare à l’époque – la présence d’un insert sur lequel sont imprimées les paroles. À noter que Boby va ajouter "Et aussi chanteur radiopassif !" à son surnom du moment car, tout comme Brassens avant lui, la censure ne l’épargne pas. En particulier en ce qui concerne la chanson Embrouille Minet. Du 20/09 au 09/10/1961, il monte pour la première fois sur la scène de l’Olympia, en vedette anglaise de Johnny Hallyday. En parallèle, la télévision lui donne toujours plus de visibilité. En octobre, Boby tourne son premier et unique scopitone, sur Aragon et Castille, aux studios Éclair à Épinay-sur-Seine (93) tandis que dans la foulée (le 01/11/1961) sort son unique 33T 25 cm Sacré Boby Lapointe (Fontana 660.257 MR). Bien que ses disques connaissent des tirages limités, Claude Dejacques, son directeur artistique, continue de lui faire confiance: "Philips tolérait que j’enregistre Boby Lapointe parce qu’on se débrouillait pour que ça ne coûte pas cher, on enregistrait en son direct. Cela se passait dans l’immense studio Blanqui et il était plutôt contracté. Je me souviens qu’il se tapait dessus avec son bras pour battre la mesure !" [Bellaïche R. - Boby Lapointe .jechantemagazine.net]
 



C’est à la fin de l'année 1962 qu’il reprend un établissement situé au 10, rue de la Huchette (Paris 5e).*1 Souhaitant baptiser ce lieu d'un nom qui lui ressemble, il songe tout d'abord à l'appeler Ah ! (pour s'assurer d'être en tête de liste des cabarets de la capitale), mais se ravise et opte finalement pour Le Cadran Bleu, en allusion à la couleur du cadran qui orne la
pointeuse installée à l'entrée et dont la devise, citée par Sam Olivier dans Chansonbricole - L'intégrale et quelques bricoles de plus, est: "Chez Lapointe, on s’pointe et on pointe !" Dans ce cabaret que les inconditionnels surnomment l'Antre de la fantaisie, Boby apparaît dans un spectacle de son cru : Show et froid de volaille, au cours duquel il fait le service à table, fait du gringue aux dames et chante en faisant montre de ses talents de violoniste. Ce "happening avant l'heure", comme le qualifie Alain Poulanges dans son ouvrage Boby Lapointe ou les mamelles du destin (2012), n'emporte pas l'adhésion du public. De plus, son côté fantasque faisant commettre des erreurs à Boby, la faillite survient rapidement, la faute à une gestion comptable catastrophique. Il pourra compter entre autres sur Georges Brassens, qui n’a pas encore créé Les copains d’abord mais pour qui l’amitié est un des éléments essentiels de la vie, pour venir à son secours en épongeant une partie des dettes. Le sétois interviendra aussi auprès de Philips, ce qui permet Boby de s'assuré un revenu en travaillant comme magasinier dans... sa propre maison de disques où il expédie ceux de ses confrères ! [Bellaïche R. - Boby Lapointe .jechantemagazine.net] Le 15/12/1962 paraît un 45T simple (Fontana 261.335 MF) avec L’hélicon et Eh ! Toto. Le premier va être le titre fort d’un super 45T lancé l’année suivante, le 15/02, sous la référence Fontana 460.849 ME.
 

 
Au début du mois d’octobre 1963, Boby est programmé aux Mardis de la Chanson, organisés par Gilbert Sommier et permettant à de jeunes chanteurs en devenir de se faire connaître. Brassens en est le parrain dès le lancement au théâtre de la Huchette en janvier 1963. Boby, lui, participe à la nouvelle mouture sise au théâtre des Capucines et inaugurée par Serge Gainsbourg le 08/10/1963. Dans France Soir du 10/10/1963, on peut lire: "La première partie se termine sur le déjà connu Boby Lapointe, l’auteur de la déjà connue Avanie et Framboise. Clay impassible jusqu’ici s’anime : il rit ! Kessel plié en deux, Brassens en huit, Marten n’existe plus, en petits morceaux."

Après une rentrée à Bobino du 12/09 au 07/10/1963, Brassens se produit à Lille le 14, à Liège le 16 et à Bruxelles du 18 au 23. Puis une tournée de 28 dates démarre à Bourg-en-Bresse le 07/11. Christine Sèvres et Boby Lapointe en font partie, ainsi que de la suivante, du 13/02 au 17/03/1964. Également à l'affiche de la tournée d’automne 1963, Jean Obé et Jean Arnulf. Tout comme Oswald D'Andréa qui les accompagne tous les quatre. Deux articles relatent le concert burgien: Un public d'admirateurs recueillis pour écouter un grand "Bonhomme" dans Le Dauphiné Libéré du 08/11 et Brassens poète baladin – L’envoûtement du public burgien traduit par Clara Essey, dans Le Courrier du 09/11. On notera également la presse suisse qui se fera l’écho des récitals de Lausanne (08/11), capté par la Radio Suisse Romande, et de Genève (11/11). Ainsi, le 09/11, alors que Brassens est programmé à Chambéry, la Feuille d’Avis de Lausanne titre Brassens plus grand que jamais. Voici ce que dit l’article signé C.M. au sujet de la première partie: "(…) Avant lui, une première partie dévolue, selon la présentatrice, à la chanson d’Avant-Garde-de-Paris-Rive-Gauche. Inquiétante perspective. Que démentirent fort heureusement un Jean Arnulf, sympathique disciple de Léo Ferré, un Jean Obé, très, très drôle, une Christine Sèvres et un Boby Lapointe tout à fait dans la note. Une manière parfaitement honnête de "mériter" Brassens."

Le même jour, dans La Tribune de Lausanne, le point de vue d’Henri-F. Berchet est singulièrement différent: "Ce festival a subi le sort fatal des tournées de vedettes (au pluriel). En première partie, une longue première partie, trois chanteurs et une chanteuse qui – reconnaissons-le puisque cela nous donne tort ! – furent très applaudis mais qui ne valaient pas grand-chose. Dans cet amas de médiocrité, nous signalerons quelques rares bonnes chansons, Rondin Picotin, interprétée par Jean Arnulf et Le bal des gens de maisons, par Christine Sèvres qui apporta tout le tact, toute la finesse, toute l’émotion qu’il fallait à poème de Louis Aragon.
Mentionnons également Jean Obé qui exploite avec originalité et talent, un excellent humour à froid aussi, le genre insolite. Pour le reste, on a compté les minutes qui nous séparaient de Georges Brassens. Ce n’est peut-être pas très courtois pour les autres, les « victimes », mais c’est à l’adresse des organisateurs que nous l’écrivons, Brassens étant de taille à tenir le plateau une soirée entière, pardon à faire un "one man show", parlons français."

L’introduction de l’article intitulé Au théâtre de Beaulieu (plein) - Une fois de plus, Brassens triomphe, semble annoncer ce qu’il allait advenir des premières parties de concerts au fil de l’évolution du milieu du spectacle et plus particulièrement de la chanson. À noter que l’article que publie Éric Braun dans La Sentinelle du 12/11/1963 et dont le titre est Georges Brassens au Palais de Beaulieu, ne relate que le récital de l’auteur-compositeur des Copains d’abord. Enfin, dans La Tribune de Genève du 12/11/1963, la plume de G.B., sous le titre Au Victoria Hall – Avec Georges Brassens, le temps ne fait rien à l’affaire, retranscrit l’ensemble de la soirée. Le dernier paragraphe est consacré au succès de Boby Lapointe, et semble aussi montrer la difficulté de compréhension de ses chansons: "Il s’appelle Boby… Il ne s’appelle peut-être pas comme ça… Il mange de la glace à la vanille… Il mange de la glace au citron… Presque tous ses airs sont construits de la même façon. Et il les chante avec des mouvements d’épaules. On n’invente rien. Finalement, dans la salle, personne ne lui résistait. Même si on entendait des réflexions du genre: "C’est trop bête."

Durant la période où la tournée passe en Suisse, l’émission de Michèle Arnaud et Jean-Christophe Averty Les raisins verts (ORTF, 09/11/1963) est diffusée. Georges Brassens et Boby Lapointe y apparaissent avec Marcel Mouloudji et Salvatore Adamo. Le sétois moustachu chante La fille à cents sous, Le temps ne fait rien à l’affaire et Le petit joueur de flûteau. Parmi les dates importantes du périple de Georges à travers l’hexagone, citons, outre le 15/11/1963 à Clermont-Ferrand, dont rend compte un article signé J .D. paru le lendemain dans La Montagne sous le titre Georges Brassens vedette d'un festival de guitare et de poésie, le 23/11/1963, où il monte sur la scène du Théâtre Molière de Sète. Un récital qui s’achève par neufs rappels et qui se trouve marqué par une brève panne d’amplificateurs au moment de l’interprétation de Marquise. Mais comme l’écrit le journaliste du Midi Libre du 25/11/1963 dans un article intitulé Georges Brassens, en 27 chansons, fait une rétrospective saisissante d’une déjà longue et brillante carrière, Brassens réussit à s’en accommoder. Les artistes de la première partie sont également mis à l’honneur, tout particulièrement Boby Lapointe qui bénéficie de commentaires élogieux et d’une photo prise durant sa prestation. Cette période héraultaise, qui compte deux autres étapes respectivement à Montpellier (22/11) et Béziers (28/11), ainsi qu’un jour de repos le 24/11, voit toute la troupe se réunir possiblement ce jour pour un repas chez les parents de Boby Lapointe et dont Oswald d’Andréa se souvient dans son ouvrage L’oreille en fièvre (2002). L’auteur-compositeur d’Aragon et Castille et celui de La mauvaise réputation se retrouvent donc sur leur terre natale, à laquelle ils montrent un attachement certain qui marquera leur œuvre. Spécialement en 1966, année qui les verra rendre hommage à leurs villes natales respectives. Georges dans la Supplique pour être enterré à la page de Sète, Boby dans L’ami Zantrop. Dans cette dernière, Molière, dont la carrière théâtrale a commencé véritablement à Pézenas, est humoristiquement détourné et l’un de ses personnages, Alceste, se trouve célébré:

Quand il est à St-Trop il vit comme un ascète
I'sort jamais là-bas
Mais quand il est à Sète i'vit comme à St-Trop
Toute la nuit i'sort

Boby ajoute même une note d’impertinence en insérant deux vers prononcés par Alceste, Acte II scène 4 du Misanthrope:

Et chercher sur la terre un endroit écarté
Où d’être homme d’honneur on ait la liberté

Hasard ou coïncidence, Georges s’est aussi inspiré du Misanthrope pour Le temps ne fait rien à l’affaire, paru en 1961. Le titre de ladite chanson correspondant en effet à une réplique d’Alceste, Acte I scène 2. À propos de chansons, il est intéressant ici de laisser la parole à Brassens qui donne une analyse de celles de confrère piscénois.

Georges Brassens: "Certaines chansons de Boby me plaisent plus que d’autres, mais je les mets toutes dans le même sac. Et c’est toujours, c’est toujours une fête pour moi. C’est un langage qu’il a inventé, une façon de faire chanter, de faire danser les mots, qui est tout à fait personnelle et que personne ne pourra jamais imiter d’ailleurs." [Long-Lapointe H., 1990. Boby Lapointe - p. 202]

La journée de repos de Brassens en terre sétoise est aussi l’occasion pour le journaliste André Gouillou de le rencontrer pour un entretien que Boby Lapointe va faciliter: "Suivez-nous !" a dit Boby en montant dans notre voiture, après que chacun eut fait provision de cigares pour Georges. Et par une route étroite, bordée de murs, qui tourne sans cesse, nous filons vers la "campagne" des parents Lapointe. Ceux-ci ont invité toute la tournée dans laquelle leur fils se taille un joli succès. Grâce à leur gentillesse, nous participons aussi à cette journée de repos. Le portail du mas bâti sur un coteau couvert de vignes franchi, tous s’éparpillent dans le jardin où il faut la force conjuguée de Jean Arnulf et Jean Obé pour empêcher le chien de corriger un chat. Une calme ânesse apprécie les sucres de Christine Sèvres, Brassens m’explique comment, il y a quelques années, une bête de ce type lui a fendu la lèvre inférieure d’une ruade. La précision de son récit montre combien les animaux l’intéressent. Intérêt et surtout amitié quand on sent avec quelle affection il chante Le petit cheval, ses chats ou surtout La cane de Jeanne. Il ne verra pourtant pas les deux sloughis, lévriers d’Afrique ramenés par le frère de Boby. "Ils sont dans la nature et il le regrette."
Après un passage rapide sur la terrasse, nous prenons place autour d’une table rustique où un débat sur la chanson ponctue le repas typiquement régional."


Dans son article intitulé Dans l’intimité du poète et publié dans le numéro de janvier 1964 du mensuel Nous les garçons et les filles, André Gouillou relate également le repas collégial chez les parents Lapointe, auquel il se trouve invité. Il partage la tendresse dont Georges fait preuve envers le jeune (3 ans) neveu de Boby, surnommé Titou. Les convives se taquinent et des conversations se tiennent entre autre sur l’art d’être grand-père, le thème de la mort, mais aussi les musiques composées par l’auteur-compositeur des Trompettes de la renommée pour ses chansons.

La tournée Festival du Disque 1963 se poursuit jusqu’à sa dernière étape: le Théâtre Municipal de Caen, où Georges Brassens donne un récital le 07/12. Entre temps, certains articles de presse font ressortir sa proximité autant artistique qu’amicale avec Boby Lapointe. Ainsi en est-il de B. Laugier qui rend compte du spectacle du 20/11 à Aix-en-Provence dans Le Méridional du 22/11/1963. Sous le titre Triomphe de Georges Brassens au Rex-Théâtre, une très belle photo montre la complicité entre les deux artistes. En voici la légende: "Boby Lapointe donnant une leçon de guitare à Brassens ? C’est à n’y pas croire. Ne le croyez surtout pas…" Également, l’annonce puis le compte-rendu la soirée du 25/11 – avec une erreur de datation – au Capitole à Avignon par Jean Boissieu dans Le Provençal du 27/11/1963. Les artistes qui accompagnent Brassens reçoivent une très belle appréciation que traduit le titre de l’article qui les concerne: Une première partie qui valait un programme : Jean Arnulf, Christine Sèvres et Boby Lapointe. Enfin, dans Le Patriote de Nice du 29/11/1963, Louis Nucera titre Brassens: "Si j'avais le bonheur, je serais déjà mort". Évoquant le passage de Georges à Nice le 26/11, il retranscrit une interview de l’artiste avec, en illustration, une photo de Raf Gatti sur laquelle figure Boby Lapointe. La légende suggère là aussi une solide amitié entre les deux héraultais: "Georges Brassens (de Sète) joue les durs devant Boby Lapointe (de Pézenas) qui ne paraît pas autrement impressionné."

Georges Brassens et Boby Lapointe durant l'entracte D.R.

Après une de ces périodes de relâche entre deux tournées et au cours desquelles il arrivera à Boby de séjourner au "Moulin de la Bonde" à Crespières, il repart avec Georges Brassens pour une nouvelle série de vingt-six dates qui les emmènera du 13/02/1964 à Dijon au 17/03/1964 à Troyes. Petit Bobo, Christine Sèvres, Monique Godard et Oswald d’Andréa. Telle est l’affiche de la tournée Festival du Disque 1964, dont Philippe Borie, de l’association L’Amandier, nous propose le programme ainsi que la revue de presse (tout comme pour celle de 1963). Parmi les nombreux articles qui couvrent l’évènement, citons Mardi soir, Georges Brassens a failli ne pas dormir, signé F.L. dans Le Comtois du 19/02/1964 et qui relate le très grand succès du spectacle du 17/02 au Théâtre Municipal de Besançon. Quelques jours auparavant, le quotidien avait annoncé l’évènement puis publié une interview de Brassens le jour du récital: Georges Brassens – Le poète en sabots, vu des coulisses. L'Est Républicain du 19/02/1964, qui titre Triomphe en forme de plébiscite en faveur de Georges Brassens, revient également sur la soirée bisontine en mettant en avant la bousculade provoquée par les nombreux admirateurs allant en coulisses quérir un autographe de Georges. Le spectacle de l’A.B.C. du Mans le 28/02 est retracé dans La Mayenne Libre du 02/03 sous le titre Georges Brassens - L'idole de tous les âges - a triomphé une fois de plus à l'A.B.C. et avec la signature C.C., qui pourrait correspondre à Claude Cossart, comme le suggère la forme d’un autre article signé par lui et cité plus bas. Il met en avant "(…) le farfelu impayable Boby Lapointe dans un style inédit, irrésistible avec une présence scénique pour le moins originale et qui rappelle les pantins désarticulés. Le numéro de Boby Lapointe comme le violon ne souffre pas la médiocrité, c’est peut-être la raison de son grand succès."

Dans sa rubrique Variétés, Ouest France met à l’honneur les artistes de la première partie et, comme d’autres organes de presse, évoquent l’humour et le jeu de scène de Boby Lapointe en lui prédisant une carrière "à la Bourvil". Le numéro du 06/03/1964, dans un article intitulé Au "Royal", Georges Brassens: récital de 1H45, revient sur le spectacle du cinéma Le Royal de Rennes, qui a eu lieu deux jours auparavant. Par ailleurs, il est intéressant d’évoquer l’article de Pierre Dantou, dans La Dordogne Libre, qui annonce le récital programmé au Palais des Fêtes de Périgueux le 07/03/1964. Son enthousiasme est encore plus marqué dans le numéro du lendemain avec, sous le titre Au Palais des Fêtes – Triomphe de Georges Brassens dans une soirée sous le signe de l’intelligence, une longue revue sur la première partie, laquelle se trouve mise sur un pied d’égalité avec la performance de Brassens. Voici ce qu’il écrit au sujet du créateur de L’hélicon: "Bobby [sic] Lapointe est le farfelu de l’équipe. Ses trouvailles sont cocasses, inattendues et, pour le moins, originales. Où va-t-il chercher tout cela ? Sa verve est inépuisable et il manie le verbe avec une dextérité qui tient du prodige. Son interprétation est à la mesure de ses chansons et il entraîne le public étonné et conquis dans son sillage de bonne humeur sans contraintes."

Arrêtons-nous également sur Le Midi Libre du 16/03/1964 qui publie un long article ayant pour titre "Ours" je ne suis pour mon public que j'aime et le "forcing" n’est pas mon fort…. À l’occasion du spectacle sis à Millau (il s’agit du premier passage de Brassens dans cette ville) trois jours plus tôt, L. Bretou s’est entretenu avec le sétois moustachu et, retranscrivant leurs échanges, fait un sort à la réputation d’ "ours armé d’une guitare" qui poursuit ce dernier depuis ses débuts. À ce sujet, Georges évoque le jeu de scène tonitruant de Boby Lapointe, tout en revenant sur l’amitié très forte qu’il a tissée avec lui.

Georges Brassens: "(…) Je suis tombé un peu amoureux de Boby, parce que Boby c’était un dingue ; il était complètement dingue. C’était ce côté qu’il avait de très attachant. Je le prenais en première partie dans mes tournées parce que non seulement il avait du succès, mais il avait du succès auprès de moi.
Quand je le voyais en scène en train de se dandiner, je me disais que les gens qui disent que je suis un ours se trompent. C’est lui ! C’est à lui qu’on aurait dû décerner ce titre. C’était un ours véritable, (…) du moins quand il chantait."
[Long-Lapointe H., 1990. Boby Lapointe - p. 201]

Dans le documentaire Boby Lapointe: comprend qui veut, comprend qui peut (2005), réalisé par Claude Val, Brassens ajoute: "Non seulement son corps se dandinait, mais les mesures se dandinaient aussi." On retrouve ici la marque de fabrique de l’interprétation que Boby propose de ses chansons, en plus de sa particularité de chanter ses couplets ardus à contretemps. À cela, ajoutons la tendance de ce grand timide à accélérer pour finir plus vite. De ce fait, comme en rit Dany Lapointe, sa petite-fille: "Les musiciens qui l’accompagnaient devaient se débrouiller pour le suivre." [Bozom N. - Pézenas : Pourquoi Boby Lapointe mérite d’être aussi célébré que son copain Georges Brassens20minutes.fr, le 15 avril 2022] Ces points sont également développés par Georges qui appréciait de voir les passages de son confrère depuis les coulisses.

Georges Brassens: "Ses chansons sont extrêmement difficiles à chanter. Comme je le voyais tous les soirs, il m’est arrivé de le suivre. Maintenant, je ne pourrai pas le faire, mais là, je le suivais. C’était difficile d’ailleurs parce qu’il en prenant à son aise aussi avec la mesure. Il en prenait à son aise avec beaucoup de choses, et c’est ce qui le rendait très séduisant, très attachant." [Long-Lapointe H., 1990. Boby Lapointe - p. 202]

On peut déceler, dans les propos du sétois, une allusion au caractère fantaisiste et au goût immodéré des choses de la vie qui caractérisent un Boby jamais en reste lorsqu’il s’agit de rigoler et de trinquer avec ses copains. Ainsi va-t-il laisser des souvenirs qui resteront dans les mémoires de tous, à l’exemple de ce que nous raconte Brassens, cité par Alain Poulanges dans  Boby Lapointe ou les mamelles du destin (2012).

Georges Brassens: "Un soir, un admirateur m’avait offert une caisse de pinard. À moi qui n’aime pas le vin ! Mais je ne lui ai pas, dit, bien sûr, ça lui aurait fait de la peine. Boby ne m’a pas quitté de la soirée. J’ai cru, naturellement, qu’il tournait autour de moi pour me faire la cour. Pas du tout, ce n’était pas pour ça ! Il avait repéré la caisse et il se disait: "Georges n’aime pas le pinard, je vais en profiter." Je l’ai laissé quand même lanterner un petit peu et puis, au bout d’une heure, on est allés boire ça dans ma chambre d’hôtel."

Sans oublier le fait que le très professionnel Brassens, qui arrive toujours de bonne heure dans la salle où il doit se produire, doit composer avec les retards fréquents de son ami envers qui son indulgence n’a d’égale que l’admiration qu’il porte à ses chansons. Le fidèle Gibraltar y va aussi de son témoignage tout comme Petit Bobo qui nous raconte une anecdote savoureuse.

Georges Brassens: "(…) Il n’arrivait jamais à l’heure, du reste. On l’attendait toujours, et plusieurs fois j’ai mis mon costume de lumière, mon costume de scène, en me disant : « Le bougre ne va pas arriver. Il va falloir commencer avant, quoi. » Parce que, comme il passait avant l’entr’acte, s’il arrivait avec une heure de retard, il fallait le remplacer par quelqu’un, et comme les autres étaient passés, il restait plus que moi. Alors, tous les jours je me préparais à faire une heure de tour de chant de plus à cause de lui (…) Il nous a fait des misères de ce côté-là (…) Il arrivait tout repentant (…) il avait fait un détour de cent kilomètres pour goûter un cru dont il avait entendu parler (…)" [Long-Lapointe H., 1990. Boby Lapointe - p. 201-202]

Pierre Onténiente: "Un jour, il avait fait un crochet pour aller déguster des bons vins. (…) il n’arrivait pas : personne ne savait où il était passé et les gens s’impatientaient. C’était une amitié un peu turbulente, mais ils s’adoraient. Boby a séjourné à Crespières avec son pianiste. Il était très exubérant et il conduisait très mal. Un jour, en tournée, il devait emmener Christine Sèvres, la femme de Jean Ferrat. Elle n’a pas pu tenir avec lui, elle était morte de peur dans sa voiture. On l’a mise avec Pierre Nicolas qui avait alors une 2CV Citroën et la contrebasse et les bagages dedans. Finalement, elle a fait appel à son mari – qui est venu avec sa voiture. Et, exceptionnellement, pendant cette tournée, on a eu deux vedettes comme chauffeurs : Brassens et Ferrat !" [Vassal J., 2006. Brassens, le regard de "Gibraltar" - p. 192]

Pierre Maguelon: "(…) Nous voyagions par deux ou trois dans des voitures particulières ; je partageais celle de Pierre Nicolas, le bassiste de Georges, et nous avions souvent des difficultés d’itinéraires.
Nous nous arrêtions pour consulter la carte. J’affirme qu’après avoir pourtant constaté que nous étions sur la bonne route, dans la bonne direction, il nous est arrivé à plusieurs reprises de voir surgir en sens inverse la voiture de Boby qui nous saluait par le toit ouvrant, en continuant sa route. Inutile de vous dire que nous étions inquiets le soir à l’étape de savoir s’il serait à l’heure pour le spectacle.
Il était là, gaillard, serein, arrivé avant nous, mais toujours secret sur ses mystérieux itinéraires."
[Long-Lapointe H., 1990. Boby Lapointe - p. 203-204]

Portrait de Boby Lapointe par Pierre Maguelon

Ce qui n’empêche pas que, sous ses allures dilettantes, et derrière son je-m’en-foutisme méridional, Boby est capable d’établir une stratégie, et son regard peut rester lucide au-delà des excès désinhibiteurs, et malgré l’heure tardive. Comme l’explique Alain Poulanges dans Boby Lapointe ou les mamelles du destin (2012), il a conscience de l’enjeu et de l’incidence que pourraient avoir une erreur de manœuvre avec son producteur. Il reste vigilant afin de maintenir sa renommée acquise grâce à la ferveur de quelques-uns, et pas des moindres.

Afin de terminer la revue de cette tournée Festival du Disque 1964, mentionnons encore deux étapes notoires. Tout d’abord à Orléans le 16/03/1964, avec une annonce – Georges Brassens à l’Artistic – deux jours auparavant dans La République du Centre. Et c’est le numéro du 18/03 de ce même quotidien qui, dans un article signé M.G. et dont le titre est Les Orléanais – qui ne l’avaient pas revu depuis ses débuts – ont retrouvé avec plaisir Georges Brassens, sa guitare et ses chansons, fait un retour sur l’évènement. En illustrations, deux dessins signés Bréco : l’un représentant Brassens avec sa guitare, l’autre croquant Boby Lapointe et Christine Sèvres. Honneur est fait à la prestation d’accompagnateur d’Oswald d’Andréa. On notera une différence de perception des chansons de Boby entre le journaliste de La République du Centre dont le ressenti est plutôt négatif, et son confrère de L'Est Éclair, qui fait un compte-rendu de la soirée troyenne du 17/03, annoncée en grandes pompes par un encart publié quelques jours auparavant, suivi d’un entrefilet le matin qui précède le concert: Ce soir, 21 heures, au Cirque Municipal – Apothéose de Georges Brassens. Sous le titre Au Cirque Municipal – Georges Brassens, le "baladin du monde occidental", dans le numéro du 19/03, Georges Toussaint y va d’une plume enthousiaste, donnant un point de vue détaillé sur toutes les prestations. Il est nuancé au sujet de celle du créateur de L’ami Zantrop, dont il souligne la verve, l’humour et la complexité des textes.

Boby Lapointe est ensuite programmé en première partie de Georges Brassens avec Barbara et Maurice Baquet dans le cadre du Festival du Marais qui se tient du 03 au 27/06/1964 à l’Hôtel de Sully, sis au 62, rue Saint-Antoine (Paris 4e). Le concert a lieu le 09/06 (le programme indique toutefois la date du 10). Dans le N°39 de la revue Les Amis de Georges (septembre-octobre 1997), une photo prise à cette occasion montre les quatre artistes en compagnie de la romancière, scénariste, actrice et animatrice de télévision Jacqueline Monsigny.

Les 15/09 et 15/10/1964 paraissent deux 45T hors commerce réservés aux exploitants de juke-boxes. Les pochettes mentionnent Boby Lapointe - Jack Selaire et portent respectivement les références
Fontana 261.455 MF et Fontana 261.456 MF.*2 Le second met en avant la chanson J'ai Fantaisie. Cette dernière sert également de titre fort au super 45T publié dans la foulée sous la référence Fontana 460.917 ME et qui contient aussi Ta Katie t'a quitté. Ce sera son dernier disque pressé chez Fontana, faute de ventes à la hauteur des espérances. Boby Lapointe sera alors contraint de rechercher un nouveau label. Du 21/10 au 10/11/1964, il se produit à Bobino, en première partie de Georges Brassens. Également au programme, Serge Lama, le Trio Belmonti, Brigitte Fontaine, Jean Harold et Barbara. Le spectacle est présenté par Françoise Doucet. Serge Lama, pour son premier passage dans la salle du 20, rue de la Gaîté, interprète À quinze ans et Le Bouffon du roi. Suit le Trio Belmonti puis Brigitte Fontaine qui chante quatre chansons: Dévaste-moi, On n'est pas des chiens, Quand tu n'es pas là et C'est pas de ma faute. Après le passage du comédien suisse Jean Harold qui projette dans la salle des photomontages de sa composition, c’est le tour de Boby Lapointe d’interpréter cinq de ses compositions: Eh ! Toto, T'as pas, t'as pas tout dit, J'ai fantaisie, La peinture à l'huile et Ta Katie t'a quitté. Enfin, Barbara, assise au piano, accompagnée à l'accordéon par Joss Baselli et à la contrebasse par Pierre Nicolas, offre huit chansons au public: Toi, Le bel âge, Nantes, Vingt ans, Au bois de Saint-Amand, Dis, quand reviendras-tu ?, Bref et Pierre. Libération du 21/10/1964 est l’un des premiers quotidiens à souligner la qualité du spectacle. Voici ce qu’écrit Jacqueline Fabre en particulier sur la première partie, dans son article qui porte le titre On va pouvoir aller à l'école BRASSENS:

"(…) N’oublions pas la première partie (…) Barbara, sculpturale, racée, sensible, intelligente. On ne se lasse pas d’entendre cette voix mélodieuse réservée jusqu’alors à un public initié de la rive gauche.
Brigitte Fontaine, l’œil en dessous, la voix rauque dans un répertoire néo-réalistico-satirico-humoristique qui a l’art de trouver des chutes inattendues à ses couplets.
Serge Lama : de la présence, du métier, une belle voix.
Il y a aussi le farfelu Boby Lapointe qui manie le calembour et la contrepèterie sur un rythme mécanique.
Un programme exceptionnellement bien composé et d’une rare qualité."


Dans Les Lettres Françaises, en date du 05/11/1964, Agnès Navarre publie une rétrospective, À Bobino - Brassens, dans laquelle elle met en avant l’humour délirant des chansons de Boby Lapointe. Il en est de même pour M. Barrois dans le magazine hebdomadaire Noir et Blanc, avec un article daté du 11/11/1964 et intitulé Georges Brassens: une guitare plus un cœur. Sans oublier L’Humanité Dimanche du 15/11/1964 qui voit André Legé louer autant le récital de Brassens que les artistes de la première partie sous le titre Brassens à Bobino.

Quelques mois plus tard, en février 1965, Boby est victime d'un grave accident de voiture sur la route de Louviers. Brassens répond présent pour le soutenir et lui prête une forte somme d'argent qui lui permet d'acheter une voiture neuve en remplacement de la sienne, irréparable.
*3 Boby est engagé dans le cadre des Musicorama en vedette anglaise des Rolling Stones par Lucien Morisse, grand amateur de ses chansons et qui s'est pris d'amitié pour lui. Il le signera chez Disc'AZ (maison de disques liée à la station de radio  Europe 1), label sous lequel sortiront les deux super 45T Le Papa Du Papa Du Papa De Mon Papa (Disc'Az AZ EP 1033) le 15/05/1966 et Saucisson De Cheval (Disc'Az AZ EP 1051) le 15/08/1966. Au printemps 1965, Georges Brassens participe à l’émission télévisée Chanson pour un ami (05/06/1965), présentée par René Fallet, en hommage à Jean-Pierre Suc disparu en 1960. Parmi les artistes présents à cette occasion figurent Jacques Brel et Boby Lapointe. le sétois moustachu interprète À la mémoire de Zulma, poème de Tristan Corbière, mis en musique par Jean-Pierre Suc.

Boby Lapointe et Georges Brassens à Crespières D.R.

Du 04/11 au 19/12/1966, Boby participe à une nouvelle tournée Festival du Disque avec Brassens. Passant en vedette américaine, il est entouré de Jean-Pierre Lang, Martial Carré (accompagné par Philippe Marcillac au piano) et Colette Chevrot (accompagnée par Joël Favreau et Jean-Pierre Lang). Détaillée dans un précédent article consacré à cette dernière, ladite tournée part de Rouen pour arriver à Dijon. De nombreux organes de presse régionaux couvrent l’évènement en prêtant une attention particulière à la première partie. La performance de Boby Lapointe y est très louée. Ainsi en est-il par exemple de Claude Cossart qui, dans La Mayenne Libre du 14/11/1966, fait une rétrospective de la soirée sise cinq jours auparavant au Mans. Son article intitulé Des chansons plein sa guitare, Brassens est venu à l'A.B.C. est intéressant à comparer avec d’autres abordés plus haut. Une note insérée en bas de page donne de plus amples informations à ce sujet. D’autre part, plusieurs chroniques placent véritablement Boby sous les projecteurs. Tout d’abord Ouest France du 15/11 qui, sous la signature J.P.A., revient sur les deux représentations des 13 et 14/11 au Théâtre Municipal de Caen en titrant La surprise Boby Lapointe et Brassens sans surprise. Puis, le 24/11, L’Indépendant et Le Midi Libre en font de même après la soirée de Carcassonne deux jours plus tôt. Tandis que le premier, dans sa rubrique Arts et Spectacles, utilise un sous-titre – Un bon point pour Lapointe – et nous indique que le piscénois a été bissé par le public (l’article dans son intégralité s’intitule Brassens égal à lui-même et n’est pas signé), le second en fait de même avec Ta Khaty [sic] t’a quitté. Pierre Vanhove, l’auteur, ne semble pas avoir apprécié de la même manière tous les artistes de la première partie, comme l’on peut s’en rendre compte à la lecture de son article Derrière Brassens ressuscité, une ombre, celle de la mort. Restent Line Brun, de Var Matin, et Pierre Nembriny, du Méridional. Tous les deux, fâchés comme nombre de leurs confrères avec le prénom de Boby Lapointe mais non avec ses passages sur scène, évoquent les représentations de Toulon (04/12/1966) et d’Aix-en-Provence (06/12/1966) dans des articles dont les titres respectifs sont Les feux de la rampe – Brassens, "le grand" de la chanson (daté du 06/12/1966) et Poète de notre temps - Brassens suit en chantant le chemin qui mène à cent ans (daté du 08/12/1966). On notera, dans ce dernier, la comparaison du style d’écriture de Boby, tout en jeux de mots, avec celui de Raymond Devos.

En 1968, il termine la mise au point du
système bibi-binaire (ou système Bibi), un mode de représentation graphique et phonétique des chiffres hexadécimaux, et donc aussi des chiffres binaires. Le brevet est déposé le 28/03/1968 au ministère de l'Industrie. L'année suivante, il figure dans le Bulletin officiel de la propriété industrielle (BOPI). Dans les mêmes temps, le soir du mercredi 12/02/1969 (com. pers. Sam Olivier), le créateur de Bobo Léon va être l’entremetteur d’une rencontre entre Georges Brassens et un jeune auteur-compositeur-interprète, guitariste et écrivain d’origine américaine: Joe Dassin. Celui-ci, qui a tissé des liens avec Boby Lapointe dès lors que leurs chemins se sont croisés au Port du Salut en mai 1968, avait émis le souhait de connaître de chair et d’os l’auteur-compositeur du Gorille. L’occasion se présente donc pour Boby d’inviter ses deux amis chez lui, rue Lecourbe (Paris 15e) pour un dîner qui va permettre de faire les présentations. Autour d’un bon plat de pâtes, Brassens surprend agréablement Joe, lui montrant qu’il connaît ses chansons par cœur. L'année 1969 est, pour Dassin, celle de la finalisation de l’enregistrement d’un 45T simple comportant Les Champs-Élysées, une adaptation en français par Pierre Delanoë de Waterloo Road, chanson du musicien britannique Lionel Morton, et Le Chemin de papa, cosigné par Dassin et Delanoë. Le disque arrive dans les bacs le 15/08/1969 sous la référence CBS 4281. Georges Brassens souhaitera voir Joe Dassin se produire sur la scène de l’Olympia dans la période du 22/10 au 02/11/1969. Cela donnera lieu à une très belle anecdote qui sera développée dans un prochain article.

Quant à Boby Lapointe, on le voit apparaître aux côtés de Michel Piccoli dans une adaptation du roman de Paul Guimard Les choses de la vie (1967). Le film éponyme, réalisé par Claude Sautet, sort le 13/03/1970. En juillet de la même année, le 33T 30 cm Comprend qui peut (Fontana 6399 001) arrive dans les bacs tandis que Boby fait partie des invités de l’émission de Guy Béart Bienvenue à Georges Brassens, enregistrée le 03/11/1970 et diffusée les 29/03 et 08/05/1972 sur la première chaîne de l'ORTF. Peu avant, (en septembre 1969), il a enregistré Depuis l'temps que j'l'attends mon prince charmant en duo avec Anne Sylvestre. Une séquence de l'émission Top à la Une (ORTF, 25/12/1970) immortalise cette chanson.

Puis il fête ses cinquante ans, entouré de ses proches, tout en se sachant condamné, atteint d’une maladie dont on cache le nom… Huguette Long-Lapointe, sa sœur, se remémore non sans un certain bonheur les moments partagés avec Brassens à cette occasion: "J’entends encore l’écho de leurs rires, mêlés à leurs jeux d’esprit, à leurs engueulades, à la brise de leurs gauloiseries, le jour des cinquante ans de Boby… son dernier anniversaire… alors "qu’ils savaient" l’un et l’autre.
Ils étaient venus, Rosy Maurel et Georges, avec plein les bras de gâteaux, de champagne, et de tant et tant d’autres choses…"
[Long-Lapointe H., 1990. Boby Lapointe - p. 92]

Boby s’en ira deux mois et demi plus tard, le 29/06/1972. Très affecté, Georges s’entretiendra au sujet de son ami avec Louis Nucera dans le cadre de la fameuse série de vingt émissions d’une demi-heure diffusées sur RTL à partir du 28/01/1974 à 14H30. Regrettant que des auteurs-compositeurs-interprètes dont il admire le talent ne soient pas mieux mis en exergue, plus connus et appréciés du public, il cite en exemple Henri Gougaud, Pierre Louki et Boby Lapointe. C’est au cours de l’émission du 31/01 qu’il évoque plus particulièrement ce dernier. Le 19/02/1975, dans son journal (Cahier 1963-1981), Brassens écrit: "Le dernier asile de Boby Lapointe et de Bourvil, c’est dans notre mémoire ; dans les disques qu’ils nous ont laissés et pas au cimetière de Pézenas et de Montainville." [Brassens G. - Journal et autres carnets inédits - p. 184]

À l’instigation de Joe Dassin, déjà son producteur lors de l’enregistrement de l’album Comprend qui peut, une intégrale des enregistrements de Boby Lapointe est en préparation chez Philips. L’interprète de L’Été indien sollicite Georges Brassens pour l’écriture d’une courte préface, datée du 08/04/1976, qui figurera sur le futur coffret. La voici dans son intégralité:

"Ce satané Bobby [sic] Lapointe, depuis qu'il a tourné le coin à Pézenas comme à Paris ses copains et admirateurs ont du mal à s'y habituer. En ce qui me concerne, les soirs où son amitié et sa bonhomie me manquent un peu, je fais comme si rien n'était : j'écoute ses chansons pour qu'il continue à vivre, le bougre ! Et il continue. Mon vieux Bobby
[sic], putain de moine et de Piscénois, fais croire à qui tu veux que tu es mort ! Avec nous, tes copains, ça ne prend pas."

Sur les cinquante chansons figurant dans l’intégrale, quatre appartiennent au catalogue des Éditions Musicales 57, celui créé par Georges Brassens pour ses propres œuvres. Il s’agit de Insomnie, Embrouille Minet, L’ange et La fille du pêcheur.

Pierre Onténiente: "Boby a voulu entrer aux Éditions Musicales 57. On a tout de même pris quelques-unes de ses chansons mais, sachant que ce n’était pas un cadeau à lui faire, on lui a conseillé de se faire éditer par des gens qui pourraient prendre en charge son catalogue." [Vassal J., 2006. Brassens, le regard de "Gibraltar" - p. 192]

Résolution qu'il avait prise en signant avec les éditions Intersong Tutti et le label Fontana/Philips (Joe Dassin l’avait ensuite poussé à renouveler ledit contrat à la fin des années 1960), sous lequel paraît, le 16/04/1976, un très beau coffret de quatre 33T 30 cm intitulé Intégrale des enregistrements de: Boby Lapointe. Celui-ci constitue le point de départ d'une notoriété et d'une reconnaissance auxquelles l'artiste accèdera à titre posthume. Mais au départ, Jacques Caillart, qui a supervisé le projet, n’imaginait pas vraiment que cela donnerait lieu à un grand tirage. Pour lui, c’était surtout un geste amical qu’il faisait en souvenir de Boby. Voici son témoignage.

Jacques Caillart: "(…) je l’ai sorti parce que je me disais que ça aurait fait plaisir à Boby… ; or du coffret de Boby il se vend 30 à 40000 exemplaires par an." [Long-Lapointe H., 1990. Boby Lapointe - p. 76-77]


Le coffret, dont la référence est Philips 6654 002, s’ouvre via un fourreau bleu marine qui se glisse par le côté droit et qui contient les quatre disques contenus dans des sous-pochettes blanches et portant les numéros 9101 033 à 36. Pour accompagner l’ensemble, un livret de vingt pages agrémenté de photos de Jean-Pierre Leloir et qui contient les textes des chansons un "avertissement au lecteur" inédit signé de Boby. On y trouve la réflexion suivante: "J'ai un penchant naturel pour les mots et leur côté farce. J'en ai acquis une certaine technique, et ne sais m'empêcher de mettre cette farce à toutes les sauces. Ce n'est pas un métier, mais... ça sert d'os, et, pour moi, c'est le squelette de toute expression du comique."

Le recto du coffret est illustré par la reproduction d’un tableau de Maurice Ghiglion-Green, déjà utilisé pour la pochette du 33T Comprend qui peut et aujourd’hui devenu iconique. Dans le tiers du bas s’ajoute un bandeau sur fond jaune, portant une impression du texte manuscrit de Brassens. Au verso, sur le même fond jaune, la liste des chansons pour chaque disque. En haut à droite figurent le numéro de référence ainsi que le logo Philips. Deux moutures existent pour le tirage original : le premier avec le chiffre 4 et la lettre Y entourée, le second (présenté ici), qui se distingue par le code Polygram PG 505 placé dans un cartouche à deux cadres, en lieu et place des éléments cités précédemment. Dans les deux cas, la mention ‘STEREO’ est imprimée devant le numéro de référence. En bas et au centre, une mention d’imprimeur apparaît en très petits caractères :

Imp. POLYGRAM INDUSTRIES MESSAGERIES
Imprimé et fabriqué en France

Vers la fin de sa vie, Georges Brassens aura encore plusieurs occasions de parler de son ami piscénois devant une caméra. Tout d’abord dans deux émissions diffusées sur FR3: Magazine Toulouse le 05/11/1980 et Madame Mado m’a dit le 07/11/1980. La seconde, que l’on doit à Madeleine Attal, voit la participation de Pierre Louki. Dans ses propos, le sétois moustachu indique qu’il trouve injuste que Boby n’ait pas connu le succès qu’il méritait de son vivant. Dans ses témoignages, Georges prend plaisir à se remémorer des souvenirs liés à la mère de l’auteur-compositeur d’Aragon et Castille.
 
Georges Brassens: "C’était une femme extraordinaire, très distinguée, très cultivée, une grande dame, quoi… Je sais qu’ils étaient aussi de la même famille, lui et sa mère. Il régnait une très grande entente entre eux." [Long-Lapointe H., 1990. Boby Lapointe - p. 201]

N’oublions pas non plus Escale en Languedoc, d’Évelyne Pagès. L’ultime émission qu’il enregistre le 04/05/1981 et qui est diffusée sur TF1 le 11/07 l’amène à parler de Pézenas, où il se rendait à vélo durant sa jeunesse. Et bien sûr de Boby Lapointe, qui chantait L’ami Zantrop.

Rendu célèbre sur le tard, il a fini par faire mentir son ami sétois qui le taquinait en lui disant: "À Pézenas, ce n’est pas demain la veille que tu feras un tabac !" Lors des Journées internationales Georges Brassens de Sète en juin 1985, les journalistes qui le souhaitaient étaient invités à effectuer une visite d’une demi-journée dans la ville natale de Boby… où l’on peut à présent visiter l’A-Musée Boby LAPOINTE, qui a vu le jour grâce à l’association Eh ! Dis Boby et qui lui est consacrée. Son centenaire, fêté cette année dans le cardre du Printival Boby-Lapointe de Pézenas, est une occasion de le remettre dans les esprits de beaucoup d’amateurs et amatrices de chansons…

Dany Lapointe: "(…) les artistes le reprennent un peu plus aujourd'hui que de son vivant. Mais on pense qu'il n'est pas encore assez reconnu, pas encore assez célébré. Nous, on connaît pas mal de ces chansons, et on découvre pourtant régulièrement de nouveaux jeux de mots. C'est un artiste infini." [Bozom N. - Pézenas: Pourquoi Boby Lapointe mérite d’être aussi célébré que son copain Georges Brassens20minutes.fr, le 15 avril 2022]


Justine Jérémie, qui interprète ici Ça va ça vient en duo avec Sarah Jeanne Ziegler, a été reçue par Mariama
, Bernard et François dans le cadre de l'émission du groupe Louise-Michel Pas de Quartiers - Boby Lapointe et Justine Jérémie (Radio libertaire, 05/04/2022)

Car il y a souvent dans l’écriture de cet énergumène des choses qui échappent au premier abord. Comme Boris Vian à son époque, Boby Lapointe était mal compris de ses contemporains. Il était sans doute un peu trop différent…

"Il voulait jouer de l'hélicon
Pon pon pon pon
Con"


- Un grand merci à Sam Olivier ainsi qu'à l’association Eh ! Dis Boby pour leur contribution à l'élaboration de cet article ! -

 

*1Fondé en 1954, le lieu avait alors pour nom Le Bidule et voyait Léo Campion et Pierre Dac s'y produire devant un public réduit. Quatre années plus tard, le cabaret est transformé en boîte de jazz, le Paris-Pékin, avant de devenir le Ladybird à partir de 1960.

*2Au sujet de ces deux disques aujourd'hui devenus des collectors, Raoul Bellaïche nous apporte une précision importante: les faces B ne tournent pas à la bonne vitesse. Boby expliqua cette caractéristique insolite qui relève de tout sauf d'une erreur: "Si je chante en 33T sur un disque qui tourne à 45T, aucun doute: Jack Sélaire !" [Bellaïche R. - Boby Lapointe .jechantemagazine.net]

*3Une autre anecdote marquante est racontée par Alain poulanges dans Boby Lapointe ou les mamelles du destin (2012): souvent fauché, Boby Lapointe roulait dans une vieille voiture dont les pneux étaient usés jusqu'à la corde. En pleine tournée (en 1963 ou en 1964), faisant part à son entourage de sa crainte du comportement de son véhicule sur la route, il la trouva un matin avec quatre pneus neufs. C'était Georges Brassens qui s'était levé dans la nuit et avait trouvé un garagiste qui a réalisé le montage. L'ayant appris sur le tard et par hasard, Boby a toujours été très ému en parlant de ce moment qu'il n'a jamais oublié.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire